AFP

NBA : Ben Simmons, le futur numéro 1 de la draft 2016

Ben Simmons, le futur numéro 1 de la draft 2016

Le 07/12/2015 à 22:10Mis à jour Le 07/12/2015 à 22:17

NBA - Après seulement quelques matches NCAA, l'ailier de 19 ans de LSU impressionne déjà. Athlétique, polyvalent, complet, Ben Simmons sera la prochaine sensation NBA.

La saison NCAA a débuté il y a quelques semaines seulement et pourtant on ne parle déjà presque que de Ben Simmons pour devenir le prochain numéro 1 d’une cuvée 2016 qui s’annonce déjà très relevée. Au milieu des Skal Labissiere (Kentucky), Jaylen Brown (California) et autre Brandon Ingram (Duke), l’ailier de 19 ans semble de loin le joueur le plus complet et “NBA Ready”. L’Australien possède des qualités physiques hors normes et un arsenal offensif impressionnant.

Il peut jouer partout

Si l’on va faire un tour sur le site officiel de son équipe des LSU Tigers, on s’aperçoit que Ben Simmons est annoncé comme un ailier/ailier fort. Une affirmation logique au regard de ses mensurations (2,08 m et 102 kilos), mais loin d’être évidente en pratique tant le joueur est polyvalent. En effet, dès la prise d’un rebond, le natif de Melbourne est capable de se projeter vers l’avant et de remonter la balle aussi efficacement que n’importe quel meneur de jeu, le tout à une vitesse impressionnante pour un joueur de sa taille.

Explications : Sur cette phase de jeu, on constate que, dès la prise du rebond, Ben Simmons ne recherche à aucun moment son meneur de jeu (Josh Gray numéro 5) pour une sortie de balle à 45 degrés. Il entame immédiatement son dribble en maintenant son regard vers l’avant, ce qui lui permet de rapidement voir Brandon Sampson totalement démarqué pour une passe à une main et deux points faciles.

L’Australien est également un excellent atout défensif pour son équipe. Son corps, déjà très imposant pour un jeune homme de 19 ans, lui permet d’être utilisé pour stopper les ailiers forts, voire les pivots adverses, bien qu’il soit tout de même beaucoup plus efficace sur la défense en périmètre.

Explications : En début d’action, on remarque les mains actives de Ben Simmons, qui ne se fait à aucun moment enfoncer dans la raquette par son adversaire direct. C’est ensuite sa vitesse qui va lui permettre de compenser les lacunes défensives de son équipe. Le meneur adverse pénètre plein axe et se dirige vers le côté gauche du panier, Antonio Blakeney (numéro 2) devrait donc être logiquement le mieux placé pour venir en aide. Voyant son coéquipier en retard, Simmons décide de lâcher son joueur et cale rapidement ses appuis sur ceux du tireur pour un contre spectaculaire.

Inarrêtable en pénétration

Déjà comparé à un certain LeBron James (rien que ça…) en ce qui concerne le jeu de transition et la contre-attaque, Ben Simmons se sert de son avantage de poids et de taille pour enfoncer ses adversaires et aller chercher la grande majorité de ses points dans la raquette. L’Australien shoote de la main gauche mais est totalement ambidextre lorsqu’il s’agit de finition près du cercle, ce qui le rend encore plus difficile à défendre.

Si l’on décompose cette action, on s’aperçoit qu’il remonte le ballon en utilisant sa main forte, puis prend de vitesse son adversaire direct, toujours côté gauche. A ce moment de l’action, le panier est déjà tout cuit, car Simmons a déjà placé son épaule droite idéalement. Il aurait été possible pour le défenseur de contrer le tir dans le cas d’une finition main gauche, mais ce placement d’épaule va lui permettre de créer un léger contact au moment de l’impulsion. Le défenseur est hors de portée du ballon et finit même l’action au premier rang des tribunes. L’adversaire en question n’est autre que Luke Fischer, l’un des meilleurs défenseurs et contreurs de tout le pays.

Voici les moments forts de l’un de ses premiers matches NCAA. On y remarque que la totalité de ses points marqués viennent de la raquette ainsi que du jeu de transition et de contre attaque :

Gros QI basket

Un autre point important de l’arsenal de Ben Simmons, la vision du jeu. L’Australien cumule presque 6 passes décisives de moyenne avec LSU alors qu’il n’est que Freshman (1ère année). Certains observateurs voient déjà en lui la relève de Magic Johnson. La star des Tigers de LSU a en effet la particularité de très peu forcer ses actions et de presque toujours servir le coéquipier le mieux placé. Voici quelques exemples :

Sur l’action suivante, on croirait volontiers au retour de la grande époque du showtime des Lakers des années 80. On y constate ses qualités de dribble et sa capacité à anticiper les déplacements des défenseurs pour servir son coéquipier dans les meilleures conditions possibles :

Un jeu encore très perfectible

Ben Simmons est un jeune joueur, il y a par conséquent quelques faiblesses dans son jeu. Le shoot extérieur reste de loin la plus frappante. Comme expliqué plus tôt, il ne prend que très peu de tirs à l'extérieur de la raquette. Il admet d’ailleurs volontiers avoir un léger déficit de confiance dans ce secteur du jeu. Mais au-delà de l’aspect psychologique, c’est également la mécanique de tir de l’ailier de 19 ans qui pose problème.

Explications : Sur cet exercice de tir, on voit qu’il positionne son ballon au-dessus de sa tête, ce qui altère sa précision. Le coude, qui devrait être droit et orienté vers le panier, se retrouve légèrement désaxé. Le positionnement des pieds est relativement bon mais il n’utilise que très peu ses jambes au moment de tirer, ayant même tendance à libérer le ballon en redescendant.

S’il est l’un des meilleurs rebondeurs du pays au niveau NCAA avec près de 15 prises par match en moyenne, Ben Simmons a cependant tendance à se reposer sur ses qualités physiques plutôt que sur son placement par rapport aux adversaires au rebond. Il ne fait presque jamais le “box out”, ce qui signifie qu’il ne bloque pas son joueur et se fait par conséquent piéger par des trajectoires de balles capricieuses. Une erreur qu’il aura du mal à compenser lorsqu’il fera face à d’excellents rebondeurs tels qu’Andre Drummond, DeAndre Jordan ou encore Zaza Pachulia.

Voici une vidéo de scouting réalisée par draftexpress qui vous indique les points sur lesquels le jeune prodige doit encore progresser :

Bilan : Athlétique et surpuissant, Ben Simmons semble avoir les atouts requis pour devenir un grand joueur NBA. Son jeu en pénétration, sa vision du jeu et sa défense sur l’homme font de lui une menace constante pour l’adversaire. Il lui faudra cependant progresser au tir extérieur, LE grand point faible dans son arsenal offensif. Il devra également montrer plus de concentration au rebond afin de ne concéder de points faciles sur deuxième chance.

0
0