Devin Booker est un homme en mission. Une quête dont les termes sont inscrits à l’encre dans sa peau comme un pense-bête, à chacun de ses passages sur le parquet : "Be Legendary" (qui peut se traduire par "entrer dans la légende", en VF). Une tâche pleine d’ambition, confiée par Kobe Bryant en personne. Un message gribouillé sur les chaussures du Black Mamba données à Booker en 2016 et devenu un tatouage sur le bras de la jeune star. "Il n’y a pas un jour qui passe sans que je pense deux ou trois fois à lui", note-t-il à propos de son idole de toujours, décédé dans un accident d’hélicoptère en janvier.

Depuis, le joueur de 23 ans s’acharne pour saluer la mémoire de l’icône. En devenant le meilleur basketteur possible. Et ça passe par la découverte des playoffs. "J’ai un but personnel que je veux atteindre avec les Suns. Je veux être perçu comme un gagnant dans cette ligue. Pour l’instant, je n’y suis pas parvenu. Mais je bosse extrêmement dur pour y parvenir." Le travail est peut-être enfin en passe de payer pour Book’ et ses partenaires.

NBA
Phénoménal, Lillard plante 61 points pour ramener Portland dans le Top 8 à l’Ouest
12/08/2020 À 05:14

La "remontada" incroyable des Suns

Paul George et Kawhi Leonard (Los Angeles Clippers), impuissants face au shoot de la gagne de Devin Booker (Phoenix Suns) - 04/08/2020

Crédit: Getty Images

L’équipe de Phoenix est arrivée dans la bulle de Disney avec le treizième bilan de sa Conférence. Sans grands espoirs de se hisser dans le grand huit à l’Ouest. Du moins, peu nombreux étaient ceux à y croire. Eux ne doutaient pas. Et à quelques jours de l’issue de la saison, les voilà plus que jamais dans la course. Les Suns sont les seuls invaincus à Orlando avec sept victoires consécutives. Dont un dernier succès décroché cette nuit contre les Sixers (130-117). Ils se retrouvent maintenant à un match de la huitième place. Et cette remontée fantastique, elle est d’abord l’œuvre de Devin Booker.

Si sa progression est constante depuis son arrivée en NBA en 2015, on remarque un vrai changement dans son attitude cette année. Plus mature. Plus juste dans son jeu. Plus apte à se comporter comme un leader pour cette jeune équipe de Phoenix. Parce que même s’il n’a que 23 ans, le natif du Michigan a engrangé de l’expérience au fil des désillusions. Un cap de franchi, avec à la clé un nouveau statut, All-Star. Mais pas juste un All-Star qui aligne des statistiques dans le vide. Plutôt celui d’un patron qui fait (enfin) gagner des matches.

Il commence à comprendre. Quand attaquer. Comment. Quand passer la balle. Et ainsi de suite. Ses Suns sont de suite moins brouillons – bien aidés par la présence d’un gestionnaire comme Ricky Rubio – et bien plus dangereux. Le collectif est bon et les résultats suivent. "Je m’éclate dans cette équipe", confie Booker. "Je prends vraiment du plaisir. Toute cette aventure, c’est génial. (…) Nous sommes encore plus proches au sein de la bulle. On voulait venir ici pour faire du bruit et c’est plutôt bien parti." La frustration des saisons ratées a laissé place à la joie et c’est tout le groupe qui est tiré vers le haut. Sous l’impulsion de son meilleur élément.

Booker, le meilleur joueur de la bulle avec Lillard ?

Car Booker est dans une forme digne d’un MVP (celui de la bulle en tout cas). Plus de 30 points de moyenne à 50% avec 6 passes décisives sur les sept matches remportés à la suite par les Suns. Dans le lot, une victoire contre les terribles Clippers. Au buzzer, sur un tir miraculeux du bonhomme qui s’est déjoué de Kawhi Leonard et Paul George – deux superstars et deux excellents défenseurs – au cours de l’action. Un symbole.

Avec son profil et son gabarit à la James Harden – arrière costaud qui porte la gonfle – il est le prototype du scoreur moderne. Capable de bombarder à trois-points, et même du logo, comme ce fut le cas hier soir. D’ailleurs, ce tir témoigne parfaitement de l’état de confiance du joueur en ce moment. Il est facile. Détendu. Sûr de lui. C’est aussi un excellent attaquant sur pick-and-roll. Il fonce vers le cercle, profite de son corps pour se frayer un passage ou ressort pour un partenaire.

Mais il a aussi des côtés plus "vintage". Le tir à mi-distance. Les mouvements dos au panier, conclus en fadeaway, à la Jordan. Ou à la Kobe plutôt, pour se fier à ses références. Un mix de deux époques. Un combo intéressant pour un joueur qui monte en puissance.

La deadline approche pour les Suns, les Blazers, les Grizzlies et les Spurs (moins probable). Les quatre équipes encore en course pour les playoffs. Phoenix occupe désormais la dixième place avec le même bilan que le neuvième, Memphis. Plus qu’une victoire à décrocher – en espérant une défaite des Grizzlies – pour se retrouver en position de jouer la "finale" entre le huitième et le neuvième. Histoire pour Devin Booker de conclure la série la plus excitante de sa jeune carrière sur un exploit. Le premier de sa légende.

NBA
LeBron James, champion de l'Ouest à la "Mamba mentality"
IL Y A 2 HEURES
NBA
Magistral, "King James" envoie les Lakers en finale
IL Y A 5 HEURES