Entre genoux posés au sol pendant l'hymne national, prises de parole pour soutenir le mouvement Black Lives Matter, dont les mots sont peints sur les parquets, slogans et messages affichés sur les maillots, le microcosme de la NBA s'est montré proactif sur le terrain de la contestation des injustices raciales depuis deux semaines qu'a repris la compétition. "Je comprends les critiques qui voudraient éviter toute polémique provenant du sport. Mais c'est inévitable en ce moment dans notre pays. J'aurais aimé qu'il y ait un chemin plus facile pour nous à suivre. Mais même s'il y en avait, je ne pense pas que ce serait nécessairement la chose responsable à faire", a déclaré Adam Silver auprès de Sports Illustrated .

"Je pense que nos fans sont capables de faire la part des choses avec les mots (inscrits) sur le parquet ou les messages sur les maillots des joueurs. Et même si ce n'est pas le cas, je pense qu'ils reconnaissent que ce ne sont pas des temps simples", a-t-il estimé. "Nos joueurs ne sont pas des personnes unidimensionnelles, et ils peuvent à la fois être profondément préoccupés par les problèmes auxquels notre pays est confronté et en même temps exercer leur métier au plus haut niveau", a-t-il encore argué.

NBA
Tyler Herro, le gamin qui n'a peur de rien
IL Y A 10 HEURES

"Ramener les fans dans les salles "

La semaine passée, la superstar LeBron James avait balayé avec mépris les critiques de Donald Trump, qui avait jugé "irrespectueux" le fait que les joueurs de NBA mettent un genou à terre pendant l'hymne national pour dénoncer les injustices raciales, avant chaque match depuis la reprise chez Disney World. "Je ne pense pas que la communauté du basket soit triste de perdre un tel téléspectateur. La NBA va continuer sans qu'il nous regarde. Je crois que je peux parler au nom de tous ceux qui aiment le basket: on s'en fiche éperdument", avait-il asséné.

NBA Restart a Disney World, Orlando

Crédit: Getty Images

Evoquant également la façon dont se déroule la saison dans la bulle de Disney World, sans qu'aucun cas positif au Covid-19 n'ait été recensé depuis presque un mois, Silver a reconnu que "cela se passe mieux que ce que (nous avions) envisagé", mais a exprimé des regrets pour les huit équipes qui n'ont pas été invitées. "Je dirais que ma plus grande déception est que nous n'avons pas pu trouver un moyen raisonnable d'amener les 30 équipes là-bas", a déclaré Silver. "Nous savons que tout ici repose sur des compromis, mais je me sens mal qu'il y ait huit équipes qui ne vivent pas cette expérience."

S'agissant de la prochaine saison dont le coup d'envoi est envisagé début décembre, Silver a déclaré que la ligue attendrait le plus longtemps possible pour décider de la manière dont elle se déroulera, selon le contexte de la pandémie de coronavirus. "Nous continuons à examiner toutes les différentes méthodes de test. Nous sommes au courant des développements de vaccin et des autres protocoles possibles pour ramener les fans dans nos salles. Ce qui est notre priorité", a-t-il assuré.

Pas de playoffs pour les Spurs, la fin d'une série légendaire : 22 ans d'excellence en stats

NBA
Herro-ïque, un rookie de 20 ans mène le Heat aux portes des finales
IL Y A 14 HEURES
NBA
Donovan nouvel entraîneur des Bulls
HIER À 06:25