Zach Lowe n’arrivait pas à y croire. Sous le choc en écoutant Tim MacMahon, son collègue à ESPN et accessoirement l’invité de son podcast la semaine dernière, faire des révélations au sujet du poids de Zion Williamson. Les journalistes ont d’abord évoqué le cas Luka Doncic, débarqué au camp d’entraînement avec 117 kilos sur la balance. De quoi étonner une première fois Lowe, qui s’est empressé de demander celui du mastodonte des Pelicans. La réponse l’a presque fait tomber de sa chaise. "Autour des 150 kilos."
Cette donnée est évidemment impossible à vérifier et ce ne sont certainement pas les dirigeants de la franchise de New Orleans qui vont donner le moindre détail à ce sujet. Mais ça correspond au constat alarmant qui ressort à chaque apparition public du jeune homme, encore convalescent et absent depuis le début de la saison. Mais les photos peu flatteuses qui laissent penser qu’il n’est clairement pas en état de reprendre la compétition ont déjà fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux. 150 kilos, c'est 20 de plus que celui annoncé sur son profil NBA. Et sans doute 30 de trop pour qu'il puisse exprimer pleinement ses qualités. C'est le poids d'un Shaquille O'Neal hors de forme... mais avec 15 centimètres de moins.
NBA
Boston sort le champion : Milwaukee a explosé en vol
15/05/2022 À 22:10

Une condition physique qui pose problème

Une tournure bien triste pour celui qui a été présenté comme le prochain visage de la ligue. La "hype" autour du bonhomme est bien plus lourde que son poids. Un phénomène avant même son arrivée chez les pros. Une attraction médiatique quasiment sans précédent et une machine à vendre des billets dès ses débuts à la fac. Pour faire simple, Zion Williamson était le joueur le plus attendu en NBA depuis LeBron James. Rien que ça. Une réputation assumée à chacun de ses sorties sur les parquets, toutes spectaculaires.
Le problème, c’est qu’il n’y est justement pas souvent présent. Il n’a disputé que 85 matches sur 171 possibles depuis sa draft. Tout en sachant qu’il continue de manquer à l’appel aujourd’hui. La faute à des blessures constantes, des rechutes à chaque fois qu’il se pense guéri, et ainsi de suite. Et il paraît de plus en plus difficile de ne pas faire le rapprochement entre ses pépins de santé et sa condition physique, pour ne pas dire ses nombreux kilos en trop.
"On dirait que Shaq et moi avons eu un bébé ! Je plaisante, mais je suis aussi très sérieux. C'est inquiétant. Je raconte souvent cette histoire. Moses Malone m'a dit que j'étais gros et paresseux. J'ai un peu pleuré - surtout parce que je ne pouvais pas lui botter le cul vu que c'était Moses Malone - mais ça a été un tournant dans ma carrière. Zion Williamson est déjà blessé, alors qu'on ne devrait pas être blessé quand on est jeune. Même quand tu es blessé, tu dois apprendre à contrôler ce que tu manges. Mettre autant de pression et de poids sur tes genoux et tes jambes, ça provoque des blessures, encore et encore. Quelqu'un doit se montrer adulte et lui dire de se remettre en forme. Les Pelicans ont peur qu'il parte. Mais s'il reste en étant tout le temps blessé, ça n'a aucun intérêt", notait Charles Barkley.
Difficile de lui donner tort. Les signaux ne sont vraiment pas encourageants. Il n’est pas facile d’éliminer les 20 à 25 kilos nécessaires pour qu’il puisse évoluer librement sans être constamment ramené à la réalité. Déjà parce que c’est risqué de les perdre rapidement. D’un côté, il lui est impossible de jouer avec ce poids. Mais de l’autre, il prend des kilos quand il ne joue pas. Pour retrouver sa condition physique, il doit intensifier sa préparation. Mais le fait de s’entraîner encore plus accroît les risques de blessures. Un vrai casse-tête.

Zion Williamson

Crédit: Getty Images

Un super talent à ne pas enterrer trop vite

Ça ne donne pas envie d’y croire. C’est même à se demander si le joueur de 21 ans n’est pas en train de passer à côté de sa carrière. Il doit s’imposer une rigueur plus stricte. "Si j’étais un fan des Pelicans, je m’inquiéterais de l’état de santé de Zion. Surtout avec son historique de blessures. Il y a beaucoup plus en jeu que son éventuel départ dans quatre ou cinq ans. Il doit être dans une meilleure condition physique. Ce n’est pas un secret pour personne", avoue son ancien coéquipier JJ Redick. La responsabilité de ses employeurs doit aussi être mise en cause. Quel est le traitement réservé à Williamson ? La gestion globale n’inspire pas confiance non plus. Les dirigeants ont d’ailleurs déjà menti au sujet de sa blessure, ce qui ne fait qu’épaissir le mystère et renforcer le sentiment général de méfiance à l’égard de l’organisation. Ce qui mène aussi à de plus en plus de critique sur les Pelicans.
Les rumeurs de vives tensions entre l’entourage du joueur et la franchise reviennent fréquemment dans les discussions. Williamson n’aurait pas apprécié la manière dont le staff médical l’a mis à l’écart pendant des mois lors de sa première saison dans la ligue. Ni même ses restrictions de minutes à son retour ou le transfert de Redick vers Dallas. Autant de raisons d’être frustré. Sa famille aimerait déjà le voir ailleurs. Parce qu’il ne serait tout simplement pas heureux en Louisiane. La prise de poids est peut-être – même probablement – aussi liée à cette atmosphère nauséabonde. Le mental influe sur le physique.

Zion Williamson à l'entraînement avant le match entre les Pelicans et les KIngs, en novembre 2021

Crédit: Getty Images

C’est du gâchis. Parce qu’attention, il est vraiment très talentueux. Un bulldozer sur les parquets. Zion n’a pas beaucoup joué mais ses performances ont suffi à le hisser parmi les stars les plus productives de la ligue. Avec par exemple 27 points et 7 rebonds de moyenne la saison dernière. Il est lourd, certes, mais c’est aussi ce qui lui permet de martyriser les défenses adverses près du panier. "C’est un joueur différent. Il est toujours aussi dynamique. Son explosivité reste la même. Il faut juste qu’il reprenne du rythme et ça va prendre un peu de temps", assure Willie Green, le coach des Pelicans.
Il est sans doute trop tôt pour tirer un trait sur un aussi gros potentiel, sans mauvais jeu de mot. Ce dont il a le plus besoin, c’est d’un changement de scénario. Un ménage au sein de la franchise. Ou peut-être tout simplement une autre équipe. Peut-être qu’il osera même quitter New Orleans à l’issue de son contrat rookie, en 2024. Ce serait extrêmement risqué vu ses blessures à répétition. Mais, paradoxalement, un phénomène de sa trempe peut se le permettre en gardant quasiment l’assurance qu’une formation sera suffisamment intriguée pour le signer. En tout cas, le temps presse. Autant pour Zion Williamson que pour les Pelicans.
NBA
Milwaukee annonce la couleur
01/05/2022 À 19:47
NBA
Les Sixers sans Embiid à Miami
01/05/2022 À 19:08