Basketball
NBA

"The Decision" : quand l'idée d'un inconnu est devenue le pire moment de la carrière de LeBron

Partager avec
Copier
Partager cet article

LeBron James et Dwyane Wade sous le maillot du Miami Heat

Crédit: Getty Images

ParChristophe Gaudot
07/07/2020 à 22:32 | Mis à jour 08/07/2020 à 09:05
@ChrisGaudot

NBA - Il y a dix ans jour pour jour, LeBron James surprenait le monde du basket en annonçant en antenne nationale son départ de Cleveland pour Miami. De l'idée d'un inconnu au lobby d'ESPN en passant par la cour faite par six franchises au King, récit des événements qui ont mené à une annonce qui a fait date.

Six titres de champion NBA, dirigeant de la saison 2010-2011, élu trois fois coach de l'année... Vous ne reconnaissez évidemment pas le palmarès de LeBron James. Celui-ci appartient à une autre légende de la NBA, un joueur moyen mais un entraîneur génial, titré dès sa première saison de coaching. Lui, c'est Pat Riley et si le show "The Decision" n'est pas son idée - il est même plutôt contre, nous y reviendrons -, le choix de LeBron James d'opter pour Miami lui revient en grande partie. Grand entraîneur puis dirigeant inspiré, Riley a souvent la bonne idée avant le reste de la NBA. Pour ce qui est de la free agency 2010, où James, Wade et Bosh mais aussi Stoudemire, Ming, Nowitzki, Pierce ou encore Allen sont disponibles, le gominé avait quatre ans d'avance sur la meute.

"J'ai dit que ça allait être l'opportunité d'une vie pour construire une équipe via la free agency, explique Riley dans le livre "The Soul of Basketball". Tout ce qu'il me faut, c'est un de ces joueurs". Ce dont parle Riley, c'est la free agency 2010. En 2006, Wade, James et Bosh ont signé un nouveau contrat dans leurs franchises respectives. Tous s'achèvent à l'été 2010. Et à Miami, Riley possède le premier pion, celui qui va permettre, selon lui, de faire tomber les autres dans son escarcelle : Dwyane Wade. Ce dernier vient d'offrir le premier titre de son histoire au Heat mais Riley voit déjà plus loin. Pièce après pièce, son puzzle va se mettre en place. "Depuis 2006, nous avions dans un coin de notre tête l'idée de tenter de les attirer", remet-il.

NBA

De l'arrogant honni au leader respecté : 2010-2020, dix ans de rédemption pour James

07/07/2020 À 22:32

LeBron et le contrôle sur sa carrière

A Cleveland, le show LeBron n'en finit plus d'émerveiller. Ou plutôt si, il finit d'émerveiller tous les ans à peu près à la même époque. En 2010, la défaite face à Boston en demi-finale de conférence (4-2) peut être celle de trop pour l'auto-proclamé "élu". C'est ce que se dit une partie de l'Amérique quand James enlève son maillot dans le couloir menant au vestiaire. Rupture consommée ? Depuis plusieurs mois déjà, tout un état, l'Ohio, tremble : l'été 2010 marquera-t-il la fin de l'ère James, la plus belle de l'histoire de la franchise ?

LeBron James (Cleveland Cavaliers) face à Boston

Crédit: Getty Images

Drafté sans être passé par la case université, James se trouve à un carrefour de sa carrière. "Cette expérience (celle d'être courtisé), je l'attendais depuis longtemps", dit-il à Jim Gray, son interviewer pendant "The Decision". A l'été 2010, LeBron est le "King" de sa destinée. Cependant, l'élément principal de ce fol été trouve sa genèse quelques mois plus tôt, dans les commentaires d'un site internet qui n'a rien à voir, ou presque, avec celui qui vient d'être élu MVP en 2009 et 2010.

Drew Wagner, l'homme derrière The Decision

ESPN, qui a diffusé un documentaire sur les coulisses de "The Decision", rapporte cette histoire un peu folle. Celle de Drew Wagner, inconnu jusqu'à la semaine dernière, qui se trouve être le premier à avoir évoqué l'idée d'un show télévisé dans lequel LeBron James révélerait sa décision. "Et si LeBron annonçait son choix sur ABC à une certaine date dans une émission appelée "Le choix de LeBron ?", s'enflamme-t-il dans les commentaires d'un article de Bill Simmons publié par ESPN en novembre 2009. "Si LeBron est intelligent, il pourrait produire ceci via sa marque, vendre les droits et révéler son choix dans cette émission. Je suis sûr qu'il pourrait nous délester de 44,99 dollars pour regarder "Décision 2010 : le verdict de LeBron", lui répond Simmons.

Et ce dernier de mettre en branle un lobby auprès des agents du joueur de Cleveland. Au All-Star Game 2010, Simmons l'évoque pour la première fois avec l'entourage de James. L'idée fait son chemin du côté du clan du joueur et d'ESPN. En position de force, les premiers obtiennent une heure d'antenne gratuite. Car James a une idée : les revenus publicitaires de son émission seront reversés au "Boys and Girls clubs of America" qui aide les enfants défavorisés partout dans le pays. Ce seront finalement deux millions de dollars que James leur reversera car ESPN n'avait pas le choix : soit la chaîne acceptait cette demande, soit il n'y avait pas de show.

Et New York proposa à James de devenir milliardaire

Du 1er au 7 juillet, six équipes courtisent le meilleur joueur du monde : Cleveland et Miami évidemment mais aussi les Nets, les Knicks, les Bulls et les Clippers. Tous se déplacent à Cleveland pour y rencontrer LeBron et ses agents. Tous ont des arguments différents. Pour les Knicks, il s'agit de montrer à James comment il va devenir milliardaire à New York. Les Nets sont venus avec Jay-Z, un ami du King. Les Bulls misent sur le fait de venir jouer chez Jordan, évidemment. Cleveland promet à sa star qu'elle sera mieux entourée. Les Clippers parlent tactique et enfin Miami vient avec du lourd. Pat Riley a amené ses bagues de champion et Alonzo Mourning qui explique, au bord des larmes, à quel point le Heat est une organisation formidable qui l'a soutenu quand il a eu besoin d'une greffe de rein. Surtout, Riley a un argument massue : il peut réunir LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh. Les autres franchises jouent battues : elles proposent à James de former un duo de stars, pas un trio.

Les trois se mettent d'accord le 4 juillet pour jouer ensemble. Le 7, les deux derniers annoncent qu'ils signent à Miami. L'affaire semble entendue mais chez Wade, qui n'arrive plus à joindre son ami, une inquiétude persiste. Elle sera levée le 8 juillet à 21h28, heure de la côte est américaine.

I'm gonna take my talents to South Beach and join the Miami Heat

Greenwich, Connecticut. A moins d'une heure de Manhattan, c'est là, dans un gymnase du "Boys and Girls clubs of America", que LeBron James annonce la décision la plus controversée de sa carrière. "The Decision" puisque c'est ainsi qu'est nommée l'émission dans laquelle il révèle son départ pour Miami. "Cet automne… C'est très difficile… Cet automne, je vais emmener mes talents à South Beach et rejoindre le Miami Heat".

Il a fallu 15 questions de Jim Gray pour en arriver à celle que tout le monde attendait. En régie, certains s'agacent chez ESPN mais il n'était pas question de donner trop rapidement au public ce qu'il attendait. Evidemment, les rumeurs allaient bon train les jours précédents l'émission. Si certains avaient vu juste, d'aucuns envoyaient James aux Knicks, d'autres pensaient qu'il ne pouvait pas trahir Cleveland devant presque 10 millions de téléspectateurs.

A 21h26, Brian Windhorst, journaliste à ESPN, a eu l'information d'une source sûre. Il l'a raconté cette semaine dans le "Lowe Post", le podcast de Zach Lowe. "J'ai reçu un SMS de Dan Gilbert, le propriétaire des Cavaliers, se souvient-il. Il me disait que LeBron allait à Miami et me demandait de tweeter l'information pour couper l'herbe sous le pied au show". Ce qu'a fait Windhorst qui est passé de 30 000 à 70 000 followers cette semaine-là.

Si tu prends cette décision, va dans le bureau de Dan Gilbert et dis-lui

A l'époque, une majorité d'observateurs salue l'idée de LeBron James. "The Decision" n'est pas encore vue comme le désastre que l'on connaît désormais. Mais les défenseurs de l'émission pensaient que James allait rester à Cleveland, pas qu'il allait "trahir" sa ville de toujours. Une vidéo va devenir virale alors que l'émission n'est même encore terminée : on y voit un fan des Cavaliers brûler son maillot floqué du numéro 23. Immédiatement, la perception de The Decision évolue. Alors que ses agents estimaient les bénéfices plus importants que les risques, ils doivent se rendre à l'évidence, l'image du "Chosen one" est écornée pour de bon. Pat Riley avait vu juste quand il a demandé à James de ne pas le faire quelques jours plus tôt. "Si tu prends cette décision, va dans le bureau de Dan Gilbert et dis-lui", avait imploré le manager général du Heat.

L'idée de LeBron James était-elle bonne mais mal exécutée ? Selon des protagonistes de l'époque, l'émission a été très peu préparée et aucun script ne la guidait. Jim Gray a seulement essayé de mettre LeBron à l'aise avant de lui poser la question fatidique. En a résulté une attente interminable et l'impression que le joueur jouait avec le coeur de ses fans. Quand il l'a accueilli sur le tarmac de l'aéroport, Riley a trouvé un James "exténué" et au "bord des larmes" selon ses mots dans "The Soul of Basketball". LeBron James vient de passer la semaine la plus folle de sa carrière de joueur. La saison qui va suivre sera plus particulière encore car désormais il est l'ennemi public numéro un.

Jugé arrogant à l'époque, LeBron va vivre avec ce poids pendant de nombreuses années. Finaliste moqué en 2011 puis champion incontesté en 2012 et surtout en 2013, le "King" apprendra de ses erreurs. En 2014, son retour à Cleveland est annoncé sur la couverture du très respecté Sports Illustrated avec ces mots "Je rentre à la maison". Son départ aux Lakers à l'été 2018, révélé par un communiqué laconique, se fera lui sans heurt. A Cleveland, LeBron James a obtenu le pardon de ceux qui l'ont tant détesté en offrant à sa franchise le premier titre de son histoire.

NBA

Les Bucks ont chuté devant un grand Westbrook

IL Y A 4 HEURES
NBA

Butler absent de l'entraînement, une quarantaine évoquée par l'un de ses coéquipiers

IL Y A 14 HEURES
Dans le même sujet
BasketballNBA
Partager avec
Copier
Partager cet article