Il n'y aura plus jamais de numéros 6 sur les parquets de NBA. La ligue nord-américaine en a décidé ainsi, ce jeudi, après le décès de la légende Bill Russell fin juillet. En outre, tous les joueurs porteront un écusson commémoratif sur leur maillot et chaque parquet des trente équipes affichera un logo spécial, en forme de trèfle. Pour la première fois, un numéro de maillot sera définitivement retiré dans toute la NBA, ce qui veut aussi dire qu'il ne sera plus jamais attribué à aucun autre joueur. Ceux qui le portent déjà, comme LeBron James, pourront toutefois le conserver.
"Le succès inégalé de Bill Russell sur les terrains et son activisme pionnier en faveur des droits civiques méritent d'être honorés d'une manière unique et historique", a déclaré Adam Silver, patron de l'instance. "Le retrait permanent de son numéro 6 dans toutes les salles des équipes de la NBA garantit que la carrière transcendante de Bill soit toujours reconnue", a-t-il ajouté. "C'est un honneur suprême réservé à l'un des plus grands champions de tous les temps", a déclaré Tamika Tremaglio, directrice exécutive de la NBPA, le syndicat des joueurs avec lequel la NBA a pris sa décision.
NBA
Wall : "J'ai pensé au suicide"
30/08/2022 À 08:40

Figure de la société américaine

Les Celtics, pour lesquels Russell a joué toute sa carrière et dont il a été entraîneur, lui réserveront un hommage supplémentaire, pas encore dévoilé, qui s'affichera sur leur maillot. Russell a été un joueur de Boston pendant treize saisons, de 1956 à 1969, au cours desquelles il s'est forgé une réputation de gagnant ultime, par son jeu défensif intraitable. Son palmarès impressionnant, fort de onze titres, un record qui tient toujours, dont huit d'affilée de 1959 à 1966, ne sera sans doute jamais égalé.
Il fut aussi le premier noir américain nommé à la tête d'une franchise d'un sport professionnel américain et le premier à être sacré champion, dès sa deuxième année (1967). Enfin, c'est aussi en dehors des terrains de basket que Russell est devenu une figure de la société américaine, mettant à profit sa notoriété pour faire avancer la cause des droits civiques. Cela lui a valu de recevoir en 2011 des mains de Barack Obama, alors président des États-Unis, la médaille présidentielle de la Liberté, plus haute distinction civile américaine.
NBA
Enfin le calme après la tempête ? Durant va continuer l'aventure avec les Brooklyn Nets
23/08/2022 À 15:20
NBA
C'est fait : LeBron prolonge avec les Lakers jusqu'en 2025
18/08/2022 À 21:14