Nul doute que les décibels feront trembler le Chase Center, lorsque son nom sera prononcé par le speaker. Et que ses jambes flageoleront un peu, au moment de taper dans les mains de ses coéquipiers, avant le coup d'envoi. Alors pour ne pas tergiverser face au vertige de l'instant, il faudra que sa main droite ne tremble pas trop longtemps pour rouvrir un compteur points synonyme de libération, plus de deux ans et demi après ce triste 13 juin 2019. Ce soir-là, Klay Thompson se rompait le ligament croisé antérieur du genou gauche, lors du match N.6 de la finale NBA contre Toronto, futur champion.
L'arrière aurait dû revenir sur les parquets en décembre 2020. Mais un mois plus tôt, une autre rupture, du tendon d'Achille droit cette fois, la même qui foudroya Kevin Durant lors du match N.5 de la finale 2019, décidément frappée du sceau du malheur pour Golden State, a brisé ses plans. De quoi broyer du noir et même craindre pour la suite de sa carrière, quand on sait à quel point il est déjà difficile de retrouver le plus haut niveau après ne serait-ce qu'une seule de ces deux graves blessures.
NBA
+39 à la mi-temps : les Bucks de Gianis ont roulé sur les Warriors de Curry
14/01/2022 À 05:58

Klay Thompson

Crédit: Getty Images

Titulaire d'entrée

Quel joueur est devenu Thompson ? C'est la grande interrogation après une si longue absence, quasi inédite pour un basketteur All-Star. Peu de temps avant sa deuxième blessure, le père de Klay assurait que tout le temps non consacré à sa rééducation du genou, il l'avait passé à shooter à trois points, apparaissant selon lui "encore meilleur" qu'auparavant dans cet exercice. Ce travail de gammes, il l'a maintenu au cours des 14 derniers mois.
"Le bras, il l'a de toute façon", abonde auprès de l'AFP l'ancien joueur et entraîneur Jacques Monclar, consultant pour BeIN Sports. "Il lui faudra surtout ne pas être impatient, ne pas vouloir aller trop vite." Pour éviter ce piège, son entraîneur Steve Kerr a estimé que le paramètre de la confiance est de nature à conditionner celui du physique. "Klay sera titulaire dès qu'il reviendra. Je ne vais pas le faire sortir du banc ou quoi que ce soit d'autre" et "il jouera environ 15-20 minutes pour commencer", en évitant les "back-to-back" (deux matches en 24 heures).
Lorsqu'il était au sommet de son basket, entre 2014 et 2019, la période dorée des Warriors triples champions NBA (2015, 2017, 2018) en cinq finales consécutives, l'arrière jouait en moyenne 33 minutes par match et était connu pour son intensité sur le terrain, qui en faisait de surcroît un défenseur redoutable.

Klay Thompson (Golden State Warriors) en feu à trois-points

Crédit: Getty Images

"Splash-brothers"

Même si Thompson ne sera pas immédiatement à 100%, il devrait faciliter la vie de ses coéquipiers. Il va d'abord reconstituer les "splash-brothers" avec Stephen Curry, probablement la meilleure paire de shooteurs jamais vue, étant entendu que ce dernier vient de battre le record historique du plus grand nombre de paniers à trois points marqués et que Thompson détient celui du nombre de tirs derrière l'arc réussis en un match (14).
"Tous les deux, ils se rendent la vie plus facile. Ils permettent, à l'un et à l'autre, de se sublimer car ils représentent une vraie menace pour les défenses. Ils se connaissent parfaitement, ils se comprennent", a rappelé Kerr. L'arme offensive qu'incarne Thompson devrait ainsi donner plus d'espace à Curry, actuellement en difficulté avec son tir du fait d'une attention défensive adverse accrue. Mais aussi aux talentueux Andrew Wiggins et Jordan Poole, qui ont su s'imposer en son absence, contribuant à l'excellent début de saison des Warriors, 2e à l'Ouest derrière Phoenix.
Enfin, Steve Kerr, fidèle à ses principes, n'a guère changé le système de jeu de Golden State malgré le trou noir des deux saisons précédentes. Nul problème d'ajustement ou d'équilibre donc en perspective, Klay sera en terrain connu. "Son retour va faire passer l'équipe à un niveau supérieur", a promis Draymond Green, troisième pilier de l'équipe, garant de l'état d'esprit, de nouveau conquérant, des Warriors.
NBA
Deux ans et demi après, Thompson va rejouer : "J'ai tellement hâte"
08/01/2022 À 22:50
NBA
Historique, DeRozan sauve encore les Bulls au buzzer, les Rockets se sabordent
02/01/2022 À 07:43