Le match : Les Suns remportent le choc au sommet contre les Warriors

Stephen Curry et les Warriors sont arrivés dans l’Arizona plein d’enthousiasme, sûrs de leurs forces après avoir remporté 18 de leurs 20 premiers matches. Ils ont pris un coup sur la tête. Les Suns, lancés sur une série de victoires absolument folles, ont martyrisé l’attaque d’ordinaire flamboyante des Californiens pour décrocher ce duel au sommet avec la manière (104-96) et malgré la sortie sur blessure de Devin Booker à la pause. Une statistique pour résumer le succès de Phoenix : 4 sur 21. Soit l’adresse aux tirs de Stephen Curry, auteur de son plus mauvais match de la saison. Il a terminé avec 12 points. Complètement étouffé par la défense adverse. Mikal Bridges ne l’a pas lâché d’une semelle. Jae Crowder et Cameron Johnson non plus. Les stoppeurs des Suns ont fait le boulot sur les ailes, avec Deandre Ayton pour coordonner le tout depuis la raquette (24 points, 11 rebonds, 2 blocks).
NBA
Un Smart de gala et Boston égalise
IL Y A 3 HEURES
En attaque, c’est évidemment Chris Paul qui a pris les commandes. Encore plus en l’absence de Booker. Le vétéran n’a pas beaucoup marqué – 15 points tout de même – mais il a donné l’impression de le faire à chaque fois que c’était nécessaire. Il a joué juste, comme d’habitude. En lisant parfaitement la défense pour distribuer les offrandes. C’est sur deux caviars de CP3 que Crowder a achevé les Warriors avec deux paniers (dont un trois-points) coup sur coup dans les quatre dernières minutes. Le meneur a ajouté son petit tir dans la foulée avant de donner une autre passe à Landry Shamet derrière l’arc. Et, d’un coup, l’écart est passé d’une à dix longueurs : de 92-91 à 102-92. Une démonstration collective derrière les 15 points, 6 rebonds, 11 passes et 5 interceptions de Paul. Les Warriors n’ont pas marqué 100 points pour la première fois de la saison. Et ce n’est pas un hasard si ça tombe contre Phoenix, qui engrange là sa 17e victoire de suite. Les Suns occupent désormais la première place avec le même bilan que leurs adversaires du soir (18-3). Mais lundi soir, on a bien vu qui est le plus fort, pour l’instant.

Le duel : Les Nets restent maîtres à New York

Une ville monde, une salle pleine à craquer, bouillante, avec des supporters des deux équipes entassés dans les tribunes pour assister au choc entre les Nets et les Knicks mardi soir. L’illustration d’une rivalité de plus en plus prononcée entre les deux franchises de New York. Au final, un seul vainqueur et un seul shérif dans la grosse pomme. Brooklyn l’a emporté de justesse, 112 à 110, grâce à un excellent James Harden. 34 points, 10 rebonds, 8 passes et 3 interceptions pour l’arrière All-Star. Dont une claquette rageuse pour enflammer la foule.
Une action spectaculaire au cours d’un 14-0 passé par les Nets durant le troisième quart-temps. Ils ont alors pris 13 points d’avance (74-61) mais les Knicks sont revenus à quatre longueurs (88-84) à l’entame des 12 dernières minutes. Tout à refaire. La partie est restée serrée jusqu’au bout, avec un Julius Randle combatif (24 points) et un Alec Burks en confiance (25) pour répondre aux exploits de Kevin Durant. D’abord discret et maladroit, la superstar est montée en puissance dans le money time. Avec 11 de ses 27 points inscrits dans les 5 dernières minutes. Mais Durant a senti la prise-à-deux venir sur l’ultime possession de la partie, juste après l'égalisation d'Evan Fournier. Il a alors servi son coéquipier James Johnson. Les Knicks n’ont pas eu d’autres choix que de faire faute et le vétéran a marqué les deux lancers-francs décisifs à 2 secondes du buzzer (112-110). Les Nets restent patron à New York et ils sont surtout premiers de la Conférence Est avec 15 victoires en 21 matches.

La performance : Les Lakers éteignent complètement les Kings après la pause

Presque 11 minutes sans rentrer le moindre tir. 11 minutes ! Les Kings ont été incapables de marquer autrement que sur la ligne des lancers-francs lors d’un terrible passage à vide à cheval entre le troisième et le quatrième quart-temps. Et les Lakers en ont profité pour renverser leurs rivaux californiens avant de l’emporter assez facilement (117-92) malgré l’absence de LeBron James, placé en quarantaine. Ils ont serré la vis en défense avec un 33-9 déterminant passé entre deux paniers de Richaun Holmes. Sacramento menait de 8 points (60-68) après un layup du pivot à 7 minutes et 35 secondes de la fin du troisième quart. C’est aussi lui qui a marqué le panier suivant de son équipe… à 8 minutes et 39 secondes de la sirène finale. Pour réduire l’écart à 14 longueurs, cette fois-ci en faveur de Los Angeles (93-79).
Les Angelenos ont été impitoyables sous l’impulsion d’Anthony Davis (25 points). Mais c’est aussi leur banc qui a fait la différence : 22 points pour Malik Monk, 14 pour Carmelo Anthony et 12 pour Dwight Howard. Malgré 14 points de retard peu de temps après le retour des vestiaires, ils ont su décrocher une nouvelle victoire en dominant la deuxième mi-temps (67-31). De quoi commencer idéalement une série de matches sans James, écarté du groupe pendant quelques jours par respect du protocole COVID de la ligue.

Les Français : De la maladresse pour les Bleus

Evan Fournier a conservé sa place de titulaire aux Knicks mais Tom Thibodeau lui a coupé une grande partie de ses minutes. Seulement 22 passées sur le terrain pour l’arrière français, auteur de 13 points à 5 sur 12 aux tirs lors de la défaite contre les Nets (110-112). Mais c'est tout de même lui qui a égalisé à 110 partout dans les dernières secondes avec un superbe panier à trois-points.
11 points et 6 rebonds pour Killian Hayes, qui a manqué de réussite derrière l’arc (1 sur 5) lors de la défaite des Pistons contre les Blazers (92-110).

Les résultats de la nuit en NBA

Nets - Knicks : 112-110
Raptors - Grizzlies : 91-98
Suns - Warriors : 104-96
Kings - Lakers : 92-117
NBA
Les Warriors en promenade face aux Mavericks
HIER À 04:35
NBA
Draft 2022 : Le Magic d'Orlando aura le premier choix, devant Oklahoma et Houston
18/05/2022 À 06:21