Le point victorieux à peine inscrit, Jorge Terceiro exulte. Et ne tient pas en place. Le Géorgien, d'origine sud-américaine comme son équipier Renato Gomes, se dirige vers les tribunes, commence à monter les marches, et se fraie un chemin. Jusqu'en haut, près du drapeau de son pays qui flotte dans les airs. Puis il lève les bras. Tel Rocky. Ce n'est pas un film, mais une belle histoire, dont l'épilogue n'est pas encore écrit. Terceiro et Gomes ont créé l'une des surprises de ce tournoi en éliminant les Néerlandais Reinder Nummerdor et Richard Schuil (21-19, 21-19). "C'est un superbe aboutissement pour nous et pour le peuple de Géorgie ", se réjouit Terceiro. Solides défensivement, les Géorgiens n'ont pas craqué mentalement sur les points importants, face, pourtant aux champions d'Europe en titre et habitués des Jeux. " Personne ne nous attendait, donc nous n'avions pas de pression, contrairement aux Néerlandais, poursuit Terceiro. Nous avons réussir à maintenir ce poids sur leurs épaules durant le match ".
Dalhausser et Rogers assurent
Un résultat d'autant plus inattendu que "Geor" et "Gia", leurs surnoms depuis la création de l'équipe, avaient perdu deux de leurs matches de poule. Ils n'ont jamais été aussi près d'un podium, eux dont le palmarès est encore vierge. Mais pour y inscrire une première ligne, très prestigieuse, les Géorgiens devront d'abord se frotter aux n°1 mondiaux, Todd Rogers et Philip Dalhausser. Un bel événement en perspective. "Nous allons affronter les champions du monde...Wow !", a lâché Terceiro. Car comme à leur habitude, plus la route vers le podium devient étroite, plus les Américains semblent à l'aise. Ils n'ont pas tremblé pour rejoindre le dernier carré de la compétition. Une demi-surprise, d'autant que leurs adversaires, David Klemperer et Eric Koreng, ont dû passer par l'étape repêchage afin de disputer cette demi-finale. Les deux Allemands, peu à l'aise à Pékin, n'ont pas réussi à confirmer leurs bonnes prestations à Paris puis Moscou (3e) le mois dernier. Ces deux tournois avaient d'ailleurs été remportés par Rogers et Dalhausser.
Pékin 2008
Les Américains titrés
22/08/2008 À 04:14
Lundi matin, ils ont encore affiché leur savoir-faire contre les Allemands (25-13, 25-23), Dalhausser se montrant souvent impérial au filet. La paire US réalise presque un été parfait, ne laissant que des miettes aux autres binômes. Son seul faux-pas a été la défaite face aux Lettons lors de son premier match de poule. Un revers qui a empêché les Américains d'égaler la série de 22 victoires internationales consécutives, oeuvre des Brésiliens Loiola/Emanuel en 1999. Emanuel, justement, disputera avec Ricardo le dernier quart de finale au programme (15h00), face à l'autre paire américaine, Gibb/Rosenthal. Les deux Auriverde, médaillés d'or à Athènes et invaincus depuis le début du tournoi, ont bien l'intention de montrer qu'ils sont toujours là, eux aussi.
Une médaille pour le Brésil
Les grandes équipes ne meurent jamais. Les champions olympiques en titre, Ricardo et Emanuel, un peu en perte de vitesse sur le circuit, ont sorti leur botte secrète pour se débarrasser de la paire américaine Gibb/Rosenthal (N.6), pourtant une des favorites pour le podium olympique (2-0). En passant, avec deux paires en demi-finale, le Brésil s'assure une médaille quoiqu'il arrive. Car dans le dernier quart de finale de la journée, Marcio Araujo et Fabio Magalhaes ont assuré l'essentiel en venant à bout des accrocheurs Autrichiens (22-20, 21-17). Les deux doublettes se retrouvent en demi-finale avec la ferme intention d'accéder à la finale. La seule difficulté consiste à ne pas y laisser trop de forces.
Pékin 2008
Des Américains en or
21/08/2008 À 23:00
Pékin 2008
Comme en 2004
21/08/2008 À 03:45