AFP

L'argent rageant pour les Bleus

L'argent rageant pour les Bleus
Par Eurosport

Le 09/03/2012 à 16:37Mis à jour Le 09/03/2012 à 19:15

Jean-Guillaume Béatrix, Simon Fourcade, Alexis Boeuf et Martin Fourcade ont terminé deuxièmes du relais des Mondiaux de Ruhpolding. En tête tout au long de la course, les Bleus ont finalement été devancés par la Norvège, Martin Fourcade ayant été poussé à la faute sur le "debout" par Emil Svendsen.

Eurosport Player : Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Le coup était presque parfait. Mais finalement, les Bleus ont dû se contenter de la médaille d'argent sur le relais des Mondiaux de Ruhpolding. En tête tout au long de la course, les Français et Martin Fourcade ont laissé filer l'or sur le dernier des huit tirs. Un "debout" fatal au triple champion du monde (trois pioches) qui a permis à Emil Svendsen et à la Norvège de s'envoler vers la victoire. L'Allemagne a complété le podium. Rageant !

Sacré sur le sprint et après avoir conservé son titre en poursuite la semaine dernière, Martin Fourcade a raté une magnifique occasion de s'adjuger un troisième sacre mondial sur les neiges allemandes. Une performance qui lui aurait permis d'égaler Raphaël Poirée (2004) et Ole Einar Bjoerndalen (2005), les seuls à avoir réalisé pareil exploit à ce jour. Mais une nouvelle fois, c'est le tir qui a contrarié les plans du Tricolore. Avant cela, tout s'était passé idéalement pour le clan tricolore. Jean-Guillaume Béatrix, préféré à Vincent Jay, puis Simon Fourcade avaient placé en tête les Bleus à mi-course. Déchaîné, Alexis Boeuf avait ensuite magnifiquement pris le relais. Et au passage du dernier relais, Martin Fourcade possédait près de 19 secondes d'avance sur Emil Hegle Svendsen. Un matelas confortable mais en rien décisif.

La Norvège, 19e après le 2e tir...

AFP

Pourtant, rien ne laissait présager une telle issue après le premier relais d'Ole Einar Bjoerndalen. Coupable d'un tour de pénalité sur son deuxième tir, OEB avait mis en difficulté son équipe, sortie... 19e à près d'une minute de la tête. Mais Rune Brattsveen, Tarjei Boe et donc Emil Svendsen ont eu la délicatesse d'y croire jusqu'au bout, offrant ainsi un 18e titre mondial à leur illustre compatriote.

AFP

0
0