Eurosport

Et les Bleus ont sombré...

Et les Bleus ont sombré...
Par Eurosport

Le 01/03/2012 à 16:31Mis à jour Le 01/03/2012 à 21:35

En tête à mi-course, l'équipe de France s'est écroulée par la suite et a terminé 11e du relais mixte des Mondiaux de Ruhpolding. La Norvège a conservé son titre sur tapis vert en raison d'une cible défectueuse lors du passage d'Ole Einar Bjoerndalen. La Slovénie termine 2e, devant l'Allemagne.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

L'équipe de France pouvait difficilement lancer ses Mondiaux de Ruhpolding aussi mal. En tête à mi-parcours, le relais mixte tricolore s'est finalement classé 11e de l'épreuve d'ouverture. Sur les neiges allemandes, c'est la Norvège qui s'est imposée sur tapis vert. Deuxièmes sur la ligne, derrière d'étonnants Slovènes, les Norvégiens ont récupéré près de trente secondes après réclamation et conservé, de facto, un titre acquis un an plus tôt à Khanty-Mansiysk.

La raison ? Une cible défectueuse qui a contraint Ole Einar Bjoerndalen à tourner une fois sur l'anneau de pénalité alors qu'il n'aurait pas dû. "Nous avons fait un réajustement chronométrique car une cible touchée par le 3e relayeur norvégien n'a pas été enregistrée", a déclaré l'organisation, expliquant qu'un crédit de 28 secondes et 4 dixièmes avait été accordé à la Norvège pour compenser le tour de pénalité effectué par "OEB".

Pour le camp tricolore, tout avait pourtant si bien commencé. Marie-Laure Brunet, deuxième provisoire à 25 secondes de la Norvégienne Tora Berger après deux tirs, avait idéalement lancé l'épreuve. Marie Dorin-Habert avait ensuite pris les choses en main pour porter le relais mixte tricolore en tête. A mi-course, les Bleus, emmenés par Simon Fourcade, pointaient donc au premier rang provisoire. Et puis, il y a eu le premier tir couché du Perpignanais et tout s'est enrayé. Un trou noir (trois pioches) qui a fait passer les Bleus du premier au septième rang dans un premier temps. Le tir debout (un tour de pénalité) de l'aîné des Fourcade n'a rien arrangé. "Je sentais depuis quelques jours que j'étais moyen. Je sentais monter une pression comme aux Jeux (de Vancouver-2010). Je n'étais pas à mon niveau", a commenté Simon devant les médias. J'ai eu un problème de manipulation avec le chargeur. C'est la première fois que je me loupe en relais." Douzième au moment de prendre son relais, son frère Martin n'a pas été en mesure de faire des miracles.

0
0