AFP

JO Sotchi 2014 - Le malaise de Brunet a condamné le relais tricolore, l'Ukraine en or

Le malaise de Brunet a condamné les Bleues

Le 21/02/2014 à 16:31Mis à jour Le 21/02/2014 à 16:48

Le malaise précoce de Marie-Laure Brunet a contraint le relais tricolore dames à l'abandon, vendredi à Sotchi. Sans la moindre médaille au compteur, les filles quittent la Russie la tête basse. L'Ukraine a décroché le premier titre olympique de son histoire devant la Russie et la Norvège.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Incapables de glaner la moindre médaille sur les épreuves individuelles, les Françaises espéraient relever la tête sur le relais disputé ce vendredi. C'est raté. La première relayeuse, Marie-Laure Brunet, a été contrainte à l’abandon juste après son premier tir. Victime d’un malaise, la Tricolore, qui avait vomi avant le départ, s’est écroulée dans la neige avant d'être évacuée sur une civière, entraînant l’abandon de son équipe.

Dès les premiers mètres de course, on a compris que Brunet n’était pas dans une forme optimale. Après 900m, elle accusait déjà 23 secondes de retard, confirmant ses difficultés depuis le début des épreuves en Russie. Et à la sortie du premier tir couché, la médaillée de bronze de la poursuite de Vancouver, malgré un sans-faute, était repoussée à 45 secondes de la tête. Et puis, il y a eu ce malaise en haut de la cote. Face contre neige, Brunet est restée amorphe quelques secondes avant d'être assistée médicalement. Consciente, la Française a ensuite été évacuée sur un brancard.

Sans la France, ce relais dames a vu l'Ukraine décrocher le titre olympique, le premier de son histoire en biathlon. Troisièmes derrière l'Italie et la Russie après le premier relais, les Ukrainiennes (Vita Semerenko, Juliya Dzhyma, Valj Semerenko et Olena Pidhrushna) ont ensuite pris la tête. Pour ne plus jamais la lâcher, malgré la pression exercée par les Russes et les Norvégiennes. En dépit d'une petite frayeur de Valj Semerenko sur le debout lors du troisième relais, et d'un retour d'Olga Vilukhina juste avant le dernier tir, elles sont parvenues à conserver quelques secondes d'avance sur la ligne, devant la Russie et la Norvège.

0
0