Getty Images

Boe et Olsbu en or, les Bleus loin du compte

Boe et Olsbu en or, les Bleus loin du compte
Par Eurosport

Le 14/03/2019 à 17:55Mis à jour Le 15/03/2019 à 00:43

MONDIAUX ÖSTERSUND - Un duo norvégien en or. Johannes Boe et Marte Olsbu Roeiseland ont remporté jeudi le relais mixte simple en devançant de 13,4 secondes l'Italie (Dorothea Wierer-Lukas Hofer) et de 20 secondes la Suède (Hanna Oeberg-Sebastian Samuelsson). Boe décroche ainsi son troisième titre dans ces Mondiaux. Le relais français n'a lui pris que la 7e place.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Johannes Boe revoie la vie en or. Quatre jours après son implosion lors du dernier tir debout de la poursuite, le Norvégien a remis les choses en place à Östersund lors du relais mixte simple, nouvelle épreuve au calendrier des Championnats du monde de biathlon. Sacré champion du monde aux côtés de sa compatriote Marte Olsbu Roeiseland, le leader du classement général de la Coupe du monde a décroché une troisième médaille d'or dans ces Mondiaux 2019, après le relais mixte d'ouverture et le sprint messieurs et égalé son record personnel de médaille dans un tel rendez-vous (3 médailles à Kontiolahti 2015, Holmenkollen 2016, Hochfilzen 2017).

Toujours aux avant-postes, la Norvège, qui a pioché à six reprises, a fait un logique vainqueur de cette nouvelle compétition. L'Italie de Dorothea Wierer et Lukas Hofer a pris une belle 2e place (à +13"4, 5 pioches). La Suède, menée par Hanna Öberg et Sebastian Samuelsson a complété le podium devant son public (+20", 8 pioches). Pour l'équipe de France, représentée par le duo Julia Simon - Antonin Guigonnat, il a fallu encore se contenter d'une petite place d'honneur : la 7e. Une nouvelle déception pour les Bleus qui les collectionnent.

Simon et Guigonnat ont explosé à mi-chemin

Pour les Français, cette course inégale a eu un petit goût amer. En jambes et dans l'ensemble précis au tir dans un premier temps, les deux Tricolores ont fait la course dans le groupe de tête pendant les deux premiers relais, avant de flancher et de perdre tout espoir de podium. La machine a commencé à coincer lors de l'avant-dernier tir couché de la course, celui des dames. Si Julia Simon a évité de passer par l'anneau de pénalité, elle n'a dû son salut qu'à une gestion de crise admirable.

Mais le temps passé à tirer ses trois pioches l'a condamnée psychologiquement à faire la course derrière des nations plus compètes comme la Norvège, l'Italie, la Suède, l'Allemagne et l'Autriche. Cette première sortie de route au tir a été suivie par une autre sur le debout, avec deux pioches décochées en plus. Même son de cloche pour Antonin Guigonnat qui a pioché sur son second relais (1 sur le couché, 2 sur le debout). Le temps perdu sur le pas de tir et la fatigue ont laissé les Bleus à plus d'une minute de la fusée norvégienne Olsbu - Boe (+1'06").

Boe a retrouvé du tonus au tir

Johannes Boe justement. Laissé dans un état de tristesse assez profond après sa déconvenue lors de la poursuite, l'athlète de Stryn a remis les pendules à l'heure avec la manière devant un public suédois toujours aussi présent. Sans se mettre dans le rouge au moment de prendre le dernier relais, Boe a d'abord collaboré avec Lukas Hofer et Sebastien Samuelsson, avant de faire la différence au tir.

Son duel avec Hofer lors du dernier debout lui a d'ailleurs remis les idées en place : oui il peut encore enchaîner un tir rapide et précis sans en envoyer partout. Son 5/5 claqué en 20"2 lui a permis de gagner son face-à-face contre l'Italien et laisser la Squadra sur place et en obligation de piocher. Ce 5/5, qui a suivi une frayeur lors du premier debout, l'a envoyé sur orbite, direction l'or, la gloire et le bonheur. Celui d'être le meilleur biathlète du monde actuellement.

0
0