Les Bleus prennent goût au podium ! Sans doute inspirés par le doublé des filles sur la poursuite plus tôt dans la journée, les relayeurs de l’équipe de France ont accroché la deuxième place samedi lors du relais (4x7,5 km) d’Östersund. Le quatuor tricolore (+ 11’’, 0+8) emmené par Fabien Claude, Emilien Jacquelin, Simon Desthieux et Quentin Fillon Maillet a soufflé in extremis la deuxième place à la Russie, finalement troisième (+ 45’’, 1+9). Mais une fois de plus, c’est la Norvège (1e, 0+4) qui a surclassé la concurrence et lancé sa saison sur les mêmes bases que la précédente dans l'exercice.
C'est le lot des contrées du nord, le voile de la nuit plane sur le ciel hivernal dès les prémices de l'après-midi. Un cadre singulier pour les uns, mais familier pour les locaux. Pourtant, s'il y a bien eu un biathlète emprunté face aux projecteurs du stade suédois, c'est bien Peppe Femling, méconnaissable sur les tapis. Le biathlète de Gävle (Suède) a éteint d'entrée de jeu les velléités du public massé nombreux dans les tribunes. Trois pioches et un tour de pénalité plus tard, l'addition est très salée (47'' de retard). Trop. Et ce malgré un dernier relais de feu de Sebastian Samuelsson qui n'aura pas suffi (7e, + 2'30''). Un candidat déclaré au podium en moins, on pensait l'affaire presque pliée pour le collectif tricolore, mais la Russie et l'Ukraine, longtemps cliniques face aux cibles, ont fait persister le doute.
Östersund
"Un rêve ce truc" : un relais écrasé, des Bleues euphoriques
05/12/2021 À 17:40

La Norvège en habituée, la France au bout du suspense

Le doute, lui, s'est rapidement dissipé autour des combinaisons norvégiennes. Idéalement lancé par les frères Boe, Vetle Christiansen n'avait plus qu'à conclure, même si le dernier relayeur du royaume a bien failli crouler sous la pression lors du dernier debout (deux pioches). Incapable de saisir sa chance et, pire que ça, coupable d'un enterrement de première classe avec un tour et trois pioches, Eduard Latypov s'est résolu, impuissant, à voir Quentin Fillon Maillet blanchir les cibles et grimper sur la deuxième marche du podium. Une deuxième place récompensant un relais appliqué face aux cibles (0+8), en dépit du 6/10 d'un Emilien Jacquelin un poil moins électrique sur les skis que lors de ses dernières sorties.
Leader historique de cette équipe de France, Quentin Fillon Maillet a, lui, assumé son statut de finisseur avec un superbe 10/10. Alors que le staff des Bleus s'est donné comme priorité une médaille aux Jeux dans la discipline - et du métal le plus précieux si possible -, les chercheurs de métaux ont pris date, avec de plus l'intégration réussie de Fabien Claude dans le rôle de lanceur. Mais face à cette Norvège-là, qui a étiré ce samedi sa série à 16 podiums d'affilée en relais, il faudra réussir la course parfaite. Le défi est relevé.

La maîtrise norvégienne

Östersund
Sa carabine détruite sur une chute : Fillon Maillet, le cauchemar jusqu'au bout
05/12/2021 À 17:11
Östersund
L'ultime tir debout, le moment où Jacquelin a laissé filer la victoire
05/12/2021 À 16:43