Getty Images

Les Bleus cartonnent, mais Fourcade rame : le paradoxe de Pokljuka

L'immense paradoxe : les Bleus cartonnent... mais Fourcade rame

Le 10/12/2018 à 08:03Mis à jour Le 10/12/2018 à 11:33

POKLJUKA - Malgré la débâcle de Martin Fourcade ce week-end, le clan bleu peut tirer un bilan exceptionnel de sa campagne slovène. Samedi, Antonin Guigonnat s'est classé 2e du sprint. Quentin Fillon-Maillet l'a imité dimanche lors de la poursuite. Au classement général de la Coupe du monde, trois Français figurent dans le top 7. Et aucun d'entre eux ne s'appelle Martin Fourcade.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Pour l'équipe de France masculine, c'est donc du 100% depuis le début d'hiver. Trois courses. Trois podiums. Et avec un biathlète différent à chaque fois. Il faut ajouter aux 2es places de Guigonnat et Fillon Maillet, la victoire de Fourcade sur le 20km individuel. Avant de passer un sale week-end, le Pyrénéen avait quand même bien débuté sa semaine.

Vidéo - Un 20/20 pour la rentrée : l'élève Fourcade a parfaitement réussi son premier contrôle

02:29

Trois Français dans le top 7... sans l'aide de Fourcade

La belle série tient plus d'une vraie densité que de coups d'éclat isolés. Sur le sprint, ils étaient trois dans le top 11 (Guigonnat 2e, Desthieux 7e, Fillon-Maillet 11e). Et sur la poursuite, quatre se sont fait dans le top 16 (Fillon-Maillet 2e, Guigonnat 10e, Desthieux 15e, Jacquelin 16e). C'est le paradoxe de Pokljuka : le collectif n'a jamais aussi semblé aussi fort au moment même où son leader a plongé.

Le bilan aurait pu être plus flatteur encore. Dimanche, Guigonnat était sur le podium provisoire durant toute la course avant de commettre deux fautes sur son dernier tir debout. Fillon Maillet a vu la victoire de très près. Sorti du dernier tir en 3e position, à une dizaine de mètres de Boe et Loginov, le Jurassien a profité de la chute du Russe avant de revenir dans les skis du Norvégien pour l'emballage final. On a bien cru qu'il allait pouvoir sauter le cadet de la fratrie Boe sur la ligne. Mais il lui a manqué un petit dixième.

Vidéo - Boe l'emporte devant Fillon Maillet à la photo-finish au bout d'une poursuite haletante

02:55

"Ça me rappelle un peu la course de Ruhpolding (mass-start, janvier 2015), où ça s'était déjà fini sur un jeté de pied, comparait Fillon Maillet sur La Chaîne L'Equipe, lui qui compte désormais neuf podiums en carrière, mais toujours aucune victoire. "Déçu" d'être passé si près de la gagne - "parce que y'avait moyen" - le Jurassien se montrait surtout heureux de sa course, où son 20 sur 20 (le seul avec Simon Eder dans le top 13) lui a permis de remonter de la 11e à 2e place : "Ce n'est pas la course parfaite, mais presque."

Sa performance montre bien la grosse densité de cette équipe de France-là. La semaine dernière, il apparaissait comme le 4e dans la hiérarchie des messieurs. Il n'avait pas été pris pour les relais mixtes. "Ça fait plusieurs années qu'on progresse vraiment beaucoup, juge Fillon Maillet, 10e du général de la Coupe du monde l'an dernier. On a une grosse dynamique, on se tire tous vers le haut. Je suis vraiment content. Voilà on reste toujours aux avant-postes. Martin, je pense qu'il va vite revenir. C'est ce que je lui ai dit hier (samedi), il n'a pas eu de coup de moins bien depuis six ans. Ça arrive pourtant à tout le monde. Les athlètes normaux comme nous, ça nous arrive souvent."

Quentin Fillon Maillet lors de la poursuite de Pokljuka, le 9 décembre 2018

Quentin Fillon Maillet lors de la poursuite de Pokljuka, le 9 décembre 2018Getty Images

Et Desthieux n'a pas encore conclu

Le pire (ou le meilleur, c'est selon), c'est que le plus fringant de la bande n'a même pas mis au fond. En Slovénie, Simon Desthieux n'était pas loin d'être le meilleur fondeur derrière Boe. Mais la réussite le fuit encore, la faute à un tir trop irrégulier. Quand les cibles tomberont, cela devrait faire très mal. Pour l'heure, Desthieux se réjouit de l'œuvre collective : "Trois podiums en trois courses, c'est génial, il y a une bonne dynamique. Après, il y a Martin. On ne sait pas trop où il en est. Mais on peut lui faire confiance. Je pense qu'il reviendra aussi fort."

La saison se poursuivra vendredi prochain avec un sprint à Hochfilzen en Autriche. En attendant, le classement général indique trois Français dans le top 7. Mais sans l'aide de Fourcade (Guigonnat 3e, Fillon Maillet 5e, Desthieux 7e). Le Catalan est passé en trois jours du statut de dossard jaune à celui de 4e Français au classement général de la Coupe du monde où il n'occupe que la 11e place. Une statistique invraisemblable, que ses coéquipiers n'imaginent que provisoire. "Il va rebondir c'est certain, assure Émilien Jacquelin, le cadet du groupe, 23 ans, qui occupe la 28e place au classement général. On sait la force qu'il a, le champion qu'il est. Je ne me fais pas de souci pour lui."

Simon Desthieux lors de la poursuite de Pokljuka le 9 décembre 2018

Simon Desthieux lors de la poursuite de Pokljuka le 9 décembre 2018Getty Images

0
0