Vous attendiez le traditionnel rendez-vous de Sjusjoen pour vous faire une idée sur la forme des Français ? Oubliez. Premièrement, à cause du manque de neige dans la station norvégienne, c’est à Lillehammer que Johannes Boe and co. vont parfaire leur condition. Deuxièmement, l’équipe de France de biathlon a choisi un autre pays pour se préparer. Les Bleus sont en Suède, dans la dernière ligne droite avant le coup d’envoi de la Coupe du monde, édition 2022-2023.
Une question d’anticipation. "On a appris qu’il y avait un très petit snowfarming (faible réserve de neige, NDLR) à Sjusjoen, explique Stéphane Bouthiaux auprès de Nordic Magazine. Comme on connaît un peu le site, on sait que si ça ne veut pas, on peut tourner dix jours sur 500 mètres. On a donc préféré bétonner, être à peu près sûrs de trouver des conditions correctes." D’où le choix d’Idre Fjäll, où la crainte d’un revêtement problématique était moindre.
Kontiolahti
Comment Boe fait la différence sur les parties… faciles
03/12/2022 À 16:40

Jacquelin : "Je me suis trop forcé à vouloir devenir un autre biathlète"

Pas de poursuite ni de mass start

Le collectif tricolore va participer à des courses de pré-saison ce week-end, dans le cadre de ce stage, à un peu plus de deux semaines du top départ en Finlande (Kontiolahti, 29 novembre). Des individuels le samedi (messieurs à 10h, dames à 12h10), des sprints le dimanche (messieurs à 10h, dames à 11h50). Aucune confrontation directe (poursuite, mass start), donc, face aux biathlètes suédois, habitués des débuts de saison canon en temps de ski.
Bouthiaux, directeur des équipes de France de biathlon, n’est pas mécontent de cette lutte contre le chrono (et soi-même) plutôt que l’adversaire : "Ce n’est pas plus mal pour les athlètes de terminer la préparation en se recentrant sur eux-mêmes, sans avoir à penser aux autres. Je pense que c’est plus évident de prendre des repères de cette manière." Antonin Guigonnat n’aura peut-être pas cette chance, malade et incertain selon Ski Chrono.
Quentin Fillon Maillet, double champion olympique et tenant du gros globe de cristal, Emilien Jacquelin, Emilien Claude, Fabien Claude et Eric Perrot sont attendus de la partie, côté hommes. Chloé Chevalier, Paula Botet, Lou Jeanmonnot, Caroline Colombo, Anaïs Chevalier-Bouchet et Julia Simon le sont aussi, côté femmes. Enceinte, Justine Braisaz-Bouchet, sacrée sur la mass start lors des JO de Pékin, manquera quant à elle l’ensemble de la saison, qui débute d’une certaine manière ce samedi.

Fillon Maillet, Worley, Noël, Laffont... Les Bleus ont illuminé l'hiver 2021-2022

Kontiolahti
Six questions avant la saison de biathlon
27/11/2022 À 22:21
Kontiolahti
Jacquelin : "C’est à moi de jouer face à mes démons, face à qui je suis"
26/11/2022 À 22:23