La nouvelle équipe dirigeante de l’AIBA a promis un avenir meilleur à la boxe amateur, tout en reconnaissant les erreurs du passé. Cette année, l’Association Internationale de Boxe Amateur a laissé les gants aux vestiaires et est descendue dans l’arène pour faire amende honorable.
Le nouveau président, Umar Kremlev, a montré qu’il n’avait aucune intention de défendre le bilan et les erreurs des anciennes équipes. La plupart des invités étaient d’ailleurs ceux qui, par le passé, s’étaient élevés contre la corruption au sein de l’association. Si la méthode semble radicale, le message d’Umar Kremlev est clair : « Ces temps-là sont derrière nous ». Avec lui, les boxeurs viendront en premier et ces derniers peuvent compter sur leur président pour améliorer l’image de la discipline.
Umar Kremlev n’a pas perdu de temps pour mettre ses promesses à exécution. Tandis que certaines personnes voulaient interroger le légendaire Roy Jones Jr. sur sa défaite controversée aux JO de Séoul en 1988, les représentants de l’AIBA ont enjoint ce dernier à partager sa douleur. Roberto Cammarelle, Mary Kom, Zeina Nassar et Istan Kovacs ont aussi eu l’occasion de raconter les différentes injustices auxquelles ils ont été confrontés durant leur carrière.
Boxe
"Une chance pour eux d'être libres" : comment l'AIBA aide les boxeurs du monde entier
IL Y A 3 HEURES
L’AIBA a ensuite donné la parole au professeur Richard McLaren, qui a été nommé pour enquêter sur les allégations de trucage et d’arbitrage partisan ayant éclaboussé le monde de la boxe amateur. Le professeur a déclaré qu’il doutait de la probité des anciennes investigations et qu’il avait accepté sa mission en l’échange d’une indépendance totale et de la coopération des institutions. Il sera accompagné par le professeur Ulrich Haas, qui exercera comme expert-conseil en gouvernance indépendant auprès de l’AIBA.
L’AIBA a ensuite ouvertement fait acte de contrition et a demandé pardon pour ses erreurs. Il était certes question du passé, mais aussi du futur de l’AIBA et de la boxe en général.
Mr Kremlev a partagé sa vision sur ce que devrait être l’association : « un refuge pour les boxeurs du monde entier », où les officiels sont au service des athlètes, où l’arbitrage est impartial et les décisions transparentes, où les athlètes sont payés équitablement quels que soient leur genre, la couleur de leur peau ou leur religion, et où les sponsors et les fans sont fiers de soutenir leurs champions.
Umar Kremlev et István Kovács, Secrétaire général de l’AIBA et ancien champion du monde, pensent au futur tout en s’attaquant aux difficultés du présent. Plusieurs initiatives ont déjà été mises en place pour faire franchir à la boxe amateur un palier supplémentaire.
Il flottait comme un air d’apaisement à l’issue de la conférence. Le discours fort tenu par les collègues de Mr Kremlev a permis de rassembler et de retrouver un peu d’espoir. Roy Jones Jr. a ajouté qu’il sentait un vent d’optimisme se lever, comme jamais l’AIBA n’en a connu au cours de ses 75 ans d’existence. Umar Kremlev a martelé que le combat en valait la peine. En tant qu’ancien boxeur, il en a presque fait une affaire personnelle. « La boxe, c’est ma vie, pas un travail ou un passe-temps ».
Boxe
Les meilleures images des Championnats du monde 2021 de boxe masculine de l’AIBA
22/11/2021 À 18:43
Boxe
Sponsored - Boxing : AIBA -63.5 kg
22/11/2021 À 15:11