Le Français Souleymane Cissokho, absent des rings depuis presque un an et demi mais toujours invaincu chez les super-welters, a réussi son retour en venant à bout du Mexicain Daniel Echevarria, par arrêt de l'arbitre au 6e round, samedi à Dallas.
Jusqu'au 21 mars, l'abonnement à l'application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre vos événements préférés en LIVE et sans PUB
Face à un adversaire apparu d'entrée inférieur et subissant les débats, Cissokho a pris son temps et s'est appliqué. Après quatre rounds, la moitié du combat limité à huit, il a alors commencé à accélérer la cadence, touchant son adversaire plusieurs fois avec sa droite. Il l'a fait tomber deux fois dans la reprise suivante. D'abord sur une grosse droite à la tempe, puis sur une nouvelle agression gauche et... coup de tête involontaire qui a fait saigner sa victime. Le round N.6 a vu la classe d'écart prendre un peu d'ampleur, tant et si bien que l'arbitre n'a pas hésité à stopper l'affrontement, voyant Echevarria sans gaz ni ressort.
Boxe
Smith Jr s'empare du titre WBO vacant des mi-lourds
HIER À 06:32

Objectif : Jermell Charlo

Cissokho, médaillé de bronze aux JO 2016 à Rio, en est désormais à 12 victoires en autant de combats, dont 9 avant la limite. Celle-ci visait à le remettre en selle, alors que sa carrière a connu un coup d'arrêt avec le coronavirus. Il a signé un contrat fin 2019 avec Matchroom, la société de management de l'Anglais Anthony Joshua, champion WBA, IBF, WBO des poids lourds, dirigée par l'Anglais Eddie Hearn, mais sans pouvoir l'honorer.
D'abord blessé à la main, il avait dû déclarer forfait pour un combat en Arabie Saoudite lors de la soirée du Championnat du monde Joshua-Ruiz II en décembre 2019. Puis à cause du Covid, il n'a pu monter sur un ring en 2020.
Ayant finalement obtenu un visa de trois ans pour pouvoir enfin combattre aux Etats-Unis d'Amérique, il a donc eu cette première opportunité dans le Texas, saisie haut les gants. Agé de 29 ans, l'ancien capitaine de la "Team solide" (surnom des Bleus) aux Jeux, compte pour seul titre celui de champion de France en 2019. Son ambition aux Etats-Unis d'Amérique est évidemment tout autre, dans une catégorie des super-welters pour l'heure dominée par le redoutable Etasunien Jermell Charlo.
Tokyo 2020
Des K.-O. à gogo : le best of Rio 2016
07/04/2021 À 10:51
Boxe
"Le 3 juillet, je fais mon retour" : De La Hoya imite Tyson
27/03/2021 À 06:50