Il a dû batailler pour arracher sa place à Londres. Il aurait pu ne pas être là. Il aurait raté quelque chose, et nous avec. Tony Estanguet a accompli un exploit inédit dans l'histoire du sport français mardi. Déjà champion olympique à Sydney (2000) et Athènes (2004), le Palois s'est offert mardi à Londres une troisième médaille d'or en C1. Jamais un champion français n'avait réussi à s'imposer par trois fois dans une même discipline aux J.O. Lucien Gaudin et Christian D'Oriola, les escrimeurs, sont encore seuls à quatre médailles d'or, mais ils les avaient obtenus dans différentes épreuves. A 34 ans, Estanguet se hisse sur des cimes uniques.
Quatre ans après l'immense frustration de Pékin, sur ce bassin qu'il n'aimait pas, le porte-drapeau 2008 a repris sa place au sommet de l'Olympe. En Chine, il avait disparu dès les demi-finales. Cette fois, à ce stade de la compétition, Estanguet a assuré en signant le troisième temps. La tension sur son visage en disait alors long sur sa crainte. Une fois qualifié pour la finale, le Béarnais s'est complètement libéré. Et pourtant, son grand rival historique, Michal Martikan, avait placé la barre très haut en sortant un run sans faute en finale. Le Slovaque a bouclé son parcours en 98"31. Estanguet n'avait pas droit à l'erreur s'il voulait faire mieux.
La seconde du bonheur
Jeux Olympiques
Les Français tombent à l'eau
11/08/2012 À 11:13
A son tour, le Français s'est déchainé. En tête à tous les pointages intermédiaires, il a résisté au finish de folie de Martikan pour le devancer d'une seconde et deux dixièmes. Il restait alors deux concurrents. Le podium ne pouvait plus échapper à Estanguet. Mais c'est l'or qu'il voulait. C'est l'or qu'il allait avoir. Son ultime rival, l'Allemand Sideris Tasiadis, meilleur temps des demi-finales, a tout fait pour le menacer. Sans faute lui aussi, il s'est montré un tout petit peu moins rapide. Au final, il lui a manqué une seconde. La seconde du bonheur pour Tony Estanguet. Sous le déluge londonien, il pouvait exulter. Il y avait bien lui et les autres sur cette finale.
Avec son exploit, il offre à la délégation française sa huitième médaille, la quatrième en or. Un ratio de 50% du plus précieux métal sur le total de médailles, bien supérieur à ce qu'il était à Pékin en 2008 (7 sur 41). Mais c'est bien évidemment la performance individuelle de Tony Estanguet qu'il convient de souligner. Il porte son sport, le canoë-kayak, au firmament du sport français. La France avait déjà un héros dans ces Jeux en Yannick Agnel, double champion olympique en 24 heures. Avec sa troisième couronne en douze ans, Estanguet a lui aussi écrit sa part de légende. On en redemande.
https://i.eurosport.com/2012/07/31/869466.jpg
LES JEUX OLYMPIQUES DE LONDRES SONT A SUIVRE EN DIRECT SUR EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER
Jeux Olympiques
K2 200m : 4e place pour Jouve-Hybois
11/08/2012 À 09:49
Jeux Olympiques
C1 200m : Goubel passe à côté
11/08/2012 À 08:54