Elles sont de retour ! Reste à savoir si elles vont encore une fois réussir à enflammer le "Water Cube", la piscine des Jeux Olympiques d'été 2008 transformée pour la version hivernale en "Ice Cube". Et refaire sensation comme il y a quatre ans à PyeongChang, où elles étaient devenues de vraies stars en Corée du Sud. De qui parle-t-on ? Des curleuses sud-coréennes bien sûr ! Et cette fameuse "Team Kim", aussi surnommée les "Garlic Girls".
Rappelez-vous, PyeongChang. Il y a quatre ans, l'équipe féminine de Corée du Sud en curling avait fait bouger les lignes. Réussissant la prouesse de rendre le curling populaire aux yeux d'un grand nombre de béotiens. Venues un peu de nulle part, les cinq Coréennes avaient fait rêver leur pays en devenant les premières Asiatiques à monter sur un podium olympique en curling avec une belle médaille d'argent, après avoir dominé des références comme le Canada et la Suisse.
Pékin 2022
Le curling femmes offre le premier titre de ces JO à la Grande-Bretagne
20/02/2022 À 04:13

Pancake, Sunny, Cookie : des surnoms qui ont fait mouche

A l'époque, leur hype n'était pas seulement liée à leurs performances sportives, qui ont bien sûr tout changé. Comme souvent, les petits à-côtés ont aussi fait la différence pour permettre de dépasser le cadre sportif et faire sensation auprès du grand public. Car c'est bien toute leur histoire qui a passionné nombre de fans. Il y a leur look déjà avec notamment la capitaine Kim Eung-jung, devenue célèbre avec ses grandes lunettes rondes. Mais il y a aussi leurs surnoms - collectifs et individuels - qui ont aidé à s'enthousiasmer pour elles.
Pour l'équipe, elles en ont deux notamment : la "Garlic Team" et la "Team Kim". En ce qui concerne la Garlic Team, c'est lié au fait qu'elles sont toutes originaires d'Uiseong, la ville connue pour ses gousses d'ail et où un centre de curling a été créé en 2006. Mais elles préfèrent leur deuxième surnom, la "Team Kim" car les cinq portent toutes le nom Kim sur leur maillot (ndlr : Kim Eun-jung, Kim Kyeong-ae, Kim Cho-hi, Kim Seon-yeong et Kim Yeong-mi). Et ce n'est pas fini.
Pour couronner le tout, elles ont trouvé une manière amusante de se différencier. En s'appelant par leurs mets préférés au petit-déjeuner. Il y a ainsi Pancake, Sunny (des oeufs sur le plat), Steak ou encore Chocho (des cookies) et Annie pour la capitaine en référence à une marque de yaourt. Des petits noms qui ont fuité dans la presse. Et ça a plu au public, qui s'est attaché. Avec ce genre de petites anecdotes, le storytelling a même cartonné. Et fortes de leurs exploits sur la glace, elles ont engendré un engouement surprenant pour le curling en Corée. Pendant quelque temps, leurs moindres faits et gestes ont ainsi été suivis. Malheureusement, la belle histoire n'a pas tout le temps été un long fleuve tranquille ces dernières années.

Kim Eun-jung avec l'équipe sud-coréenne de curling en 2021

Crédit: Imago

Un scandale quelques mois après les Jeux

Après PyeongChang, il y a même eu un scandale. Fin 2018, elles avaient ainsi pris la parole pour dénoncer le traitement abusif qu'elles subissaient de la part de leur fédération et leurs entraîneurs. "Les droits humains des sportifs sont violés. (…) C'est devenu insupportable", avaient-elles écrit dans une lettre au Comité olympique et sportif coréen (KSOC) repris par l'AFP.
La raison ? En plus d'une histoire d'argent liée à leurs primes qu'elles ne touchaient pas dans leur intégralité, les coachs se permettaient notamment un contrôle excessif de leur vie privée. D'après elles, ils avaient par exemple tenté d'écarter la capitaine Kim Eun-jung, après son mariage et l'annonce de son désir de devenir mère. Elles avaient aussi dénoncé le comportement de l'ancien président de la fédération qui s'était permis des "abus verbaux innombrables". Quelques semaines après ces révélations qui avaient fait du bruit au Pays du matin calme, leurs entraîneurs avaient remis leur démission avant d'être bannis à vie en 2020 suite à une enquête.

Kyeong-Ae Kim, Eun-Jung Kim, Chohi Kim et Seon-Yeong Kim lors du tournoi de qualification olympique, 2021

Crédit: Getty Images

Je veux envoyer un message aux femmes en Corée
Les années ont passé et la "Team Kim" n'est pas toujours restée dans la lumière. Éloignée des compétitions internationales de 2018 jusqu'en 2021 suite à leurs différents avec leur fédération mais aussi l'éloignement de leur capitaine qui a donné naissance à un garçon en 2019, l'équipe reste cependant populaire en Corée du Sud, où personne de ne les a oubliées. Les championnes se présentent d'ailleurs à Pékin, la tête haute. Et plus unies peut-être. Fières d'avoir su profiter de leur popularité pour faire avancer les choses sur certains domaines dans leur pays.
"J'ai senti que je devais parler même si ma carrière se terminait. Si je ne le faisais pas là, j'avais l'impression que les jeunes athlètes devraient vivre la même chose", avait reconnu dans le Korea JoogAnd Daily Kim Eun-jung , qui a ajouté ces dernières semaines : "Je veux envoyer un message aux joueuses de curling en Corée, et en fait à toutes les femmes en Corée : nous pouvons faire autant même après avoir eu des enfants". Comme à PyeongChang, elles continuent de faire bouger les lignes !
Après avoir gagné leur billet lors du tournoi de qualification olympique en décembre dernier à Leeuwarden aux Pays-Bas, dire qu'elles seront attendues par leurs fans en Chine est un doux euphémisme. "Nous voulons écrire une nouvelle histoire. Il va y avoir beaucoup d'ondes positives ici pour nous et nous allons tout faire pour donner notre maximum", a prévenu la capitaine dans des propos repris par l'agence de presse sud-Coréenne Yonhap. "C'est un immense honneur de retourner aux Jeux. La principale force de notre équipe est notre capacité à travailler ensemble. Nous avons une telle alchimie." Et les dernières années tumultueuses n'ont sûrement fait que renforcer les liens de cette équipe, qui n'est plus qu'un simple phénomène durant une quinzaine olympique. A elles maintenant d'écrire une nouvelle page du curling.
Pékin 2022
Le coup magistral des Britanniques : la dernière pierre japonaise est éjectée de la maison
20/02/2022 À 03:59
Pékin 2022
La Suède décroche l'or à l'issue d'une finale haletante
19/02/2022 À 14:49