En adepte des "marginal gains", INEOS Grenadiers (ex-SKY) sait à quel point une course de vélo peut se jouer à peu de chose. A quelques millimètres, voire moins. L’illustration en a été faite ce dimanche dans le Limbourg, et la formation britannique n’a pas eu le beau rôle, son coureur, Tom Pidcock, sortant perdant de son duel dans un mouchoir de poche avec Wout Van Aert.
Le nom du vainqueur de l’Amstel Gold Race a été bien vite annoncé par le speaker. Mais les suiveurs comme les coureurs ont tout aussi rapidement compris que la prudence restait de mise, à l’aune du peu d’aplomb avec lequel le Belge de la Jumbo-Visma a été désigné lauréat. Situation cocasse à la clef, puisque la réalisation nous a gratifiés d’un gros plan sur téléphone pour observer la photo-finish.
Amstel Gold Race
C'était chaud mais Van Aert tient sa revanche
18/04/2021 À 15:27
Le jury m’a seulement confirmé que j’avais gagné juste avant la cérémonie du podium
Les officiels ont fini par trancher et le protocole a pu se dérouler sans trop de retard. Mais du côté des intéressés, l’attente a été longue, comme l’a raconté Van Aert via un communiqué de son équipe, en début de soirée : "Le jury m’a seulement confirmé que j’avais gagné juste avant la cérémonie du podium. C’était très difficile de nous départager, en témoigne le temps qu’il a fallu pour rendre le résultat définitif. Je n’avais jamais vécu cela."
Il ne fallait pas compter sur lui pour anticiper le verdict. "T’es sûr ?" l’a-t-on entendu demander à Pidcock dans la zone d’arrivée, lors de ce temps de latence. Lequel lui a répondu par un haussement d’épaule. Même avec le compas dans l’œil, Van Aert n’aurait d’ailleurs pas pu s’autoproclamer vainqueur : "J’ai sauté dans les derniers mètres (photo de sa roue avant dans les airs à l’appui, ndlr), les yeux fermés."

Quelques millimètres et beaucoup de suspense: le duel Van Aert - Pidcock en vidéo

Pidcock : "Je pense que j’étais le plus rapide"

Après le temps de l’émotion, celui de l’analyse. Van Aert avait été battu dans un sprint, certes différent (au sommet d’une cote), à l’arrivée de la Flèche Brabançonne, mercredi, par Pidcock. Mais il a encore pris le risque de démarrer le premier, en tête aux 200 mètres, tel le grand favori. Un risque auquel le retour du deuxième groupe l’a poussé. "J’étais dans la moins bonne position et j’ai pensé que c’était mieux de lancer de loin (...) normalement un sprint long m’avantage", a-t-il argumenté, "heureux de partir en vacances sur une victoire."
Tom Pidcock, quant à lui, estime avoir trop tardé à dégainer. "Je suis parti trop tard, a-t-il regretté. J'aurais dû lancer en premier, je pense que j'étais le plus rapide. C'est un peu frustrant de perdre avec une telle marge." La frustration de faire 2e de l'Amstel, son coéquipier Michal Kwiatkowski la connaît. Vainqueur de l’épreuve en 2015, il a été battu deux ans plus tard par Philippe Gilbert, qui avait bien mieux géré leur duel dans la dernière ligne droite.
"Nous avons lancé des grenades aujourd'hui", a préféré retenir "Kwiatko", très présent dans le final avec Richard Carapaz, auprès de leur acolyte de 21 ans. Et d’ajouter sur Twitter : "Nous (au nom de son équipe INEOS Grenadiers, ndlr) avons eu Pidcock à un centimètre du succès. Mais nous en gagnerons beaucoup d’autres avec ce jeune homme." Rien ne le garantit. Mais tout le laisse penser.

Et Julian Alaphilippe a dû s'écarter... les masques sont tombés après le dernier passage du Cauberg

Tour de France
Les débats du Tour : Pogacar va-t-il gagner le chrono ?
16/07/2021 À 17:42
Tour de France
Durand : "Je n’ai pas compris l’attitude de Van Aert"
13/07/2021 À 18:08