Getty Images

Armstrong n'a aucun regret : "Je n'aurais rien appris si je n'avais pas agi comme je l'ai fait"

Armstrong n'a aucun regret : "Je n'aurais rien appris si je n'avais pas agi comme je l'ai fait"
Par Eurosport

Le 24/05/2019 à 08:40Mis à jour Le 24/05/2019 à 14:34

Dans un entretien accordé à NBC Sports qui sera diffusé le 29 mai, Lance Armstrong est revenu longuement sur sa carrière et sur ses affres. L'Américain assure notamment qu'il n'a aucun regret et qu'il referait tout ce qu'il a fait pour gagner sept éditions du Tour de France.

Lance Armstrong ne regrette rien. Vingt ans après avoir fait entrer le Tour de France dans une ère sombre, celle de son long règne factice qui s'étendra de 1999 à 2005, l'Américain ne modifierait pas une ligne de son destin s'il avait la possibilité de revenir en arrière. "Je ne changerais strictement rien à ce que j'ai fait si c'était à refaire, je ne changerais pas tout ce qu'il m'est arrivé", a-t-il confié dans un entretien qui sera diffusé le 29 mai par la chaîne américaine NBC Sports.

"En premier lieu, je ne changerais pas tout ce que j'ai appris. Je n'aurais rien appris si je n'avais pas agi comme je l'ai fait. Il n'y aurait pas eu d'enquête et pas de sanctions si je n'avais pas agi comme je l'ai fait", a poursuivi l'ancien leader des équipes US Postal et Discovery Channel qui avait déjà tenu des propos similaires par le passé. "Si je me dope et si je ne dis rien, rien de tout cela ne serait arrivé, rien du tout. C'est comme si c'était ce que je voulais, je voulais qu'on m'attrape, j'étais une proie facile", a souligné Armstrong.

Tour de France 2005: Lance Armstrong à Paris sur le podium, aux côtés d'Ivan Basso

Tour de France 2005: Lance Armstrong à Paris sur le podium, aux côtés d'Ivan BassoGetty Images

De héros à zéro

L'Américain qui a fait la loi sur le cyclisme professionnel dans les années 2000, a remporté sept éditions consécutives du Tour de France de 1999 à 2005. Mais il a été dépossédé de ses victoires après avoir écopé d'une suspension à vie en 2012 à la suite d'une enquête ouverte par l'Agence américaine antidopage qui a établi qu'il était à la tête du "système de dopage le plus sophistiqué, le plus professionnel et le plus efficace de l'histoire du sport".

En 2013, il a reconnu s'être dopé durant toute sa carrière dans un entretien très suivi accordé à la star de la télévision américaine Oprah Winfrey. "Nous avons fait ce que nous devions faire pour gagner, ce n'était pas légal, mais je ne changerais rien de ce qu'il s'est passé, que ce soit perdre un sacré paquet d'argent ou passer du statut de héros à celui de zéro", a ajouté Armstrong, aujourd'hui âgé de 47 ans.

" J'avais des couteaux et puis un jour, les gens commencent à arriver avec des armes à feu"

S'il admet avoir pris le mauvais chemin en recourant au dopage, Armstrong estime qu'à l'époque, celle des années 90 frappées du sceau de l'EPO, c'était un mal nécessaire pour réussir dans le cyclisme. "Je savais qu'il y aurait des couteaux lors de ce combat. Pas seulement les poings, a-t-il expliqué en maniant la métaphore. J'avais des couteaux et puis un jour, les gens commencent à arriver avec des armes à feu. C’est à ce moment-là que vous dites: est-ce que je reviens à Plano, au Texas, sans savoir ce que vous allez faire? Ou allez-vous au magasin d'armes? J'ai marché jusqu'au magasin d'armes. Je ne voulais pas rentrer à la maison."

Le champion déchu regrette en revanche son attitude envers certaines personnes envers qui il a pu user d'intimidation voire de menaces. "Je n'aurais jamais dû faire ça, surtout en sachant que la plupart de ce qu'ils disaient était vrai, concède-t-il. Nous aimerions tous revenir en arrière et changer certaines choses de notre vie et cela en fait partie." Lance Armstrong dit aussi avoir fait tout ce qu'il pouvait pour corriger le mal qu'il avait pu faire, s'excusant publiquement ou en privé auprès des personnes concernées. "Mais ce ne sera jamais assez", admet-il en conclusion.

Lance Armstrong

Lance ArmstrongImago

0
0