Première de choix pour Neilson Powless samedi. Grand animateur du final, l’Américain de 24 ans n’a pas failli sur la ligne à San Sebastián et s’est offert une première victoire dans sa carrière professionnelle. Un succès à la saveur relevée, tant l’épaisseur du plateau et la rudesse des conditions ont été au rendez-vous ce samedi. Le grimpeur de la EF Education - Nippo a anticipé la dernière difficulté du jour et réglé au sprint ses compagnons d’échappée, Matej Mohoric (Bahrain -Victorious) deuxième, et Mikkel Honoré (Deceuninck – Quick Step) troisième.
Le film de la course
Transparent à l’instar des autres grands noms alignés sur l’épreuve, Julian Alaphilippe (Deceuninck – Quick Step) n’a pas pesé sur la course et n’a pu faire mieux qu’une sixième place, à 1’04’’ du vainqueur du jour.
Clásica San Sebastián
Alaphilippe, Vingegaard, Bernal, Landa... Un plateau royal sur les routes basques
30/07/2021 À 22:56
Suivez les Jeux de Tokyo en direct sur Eurosport !

Un quatuor opportuniste

On attendait une explication entre favoris. D’un côté les silhouettes fluettes des grimpeurs Egan Bernal et Jonas Vingegaard face à la giclette des puncheurs tels qu’Alaphilippe ou Mollema. On a rapidement pensé que tout le monde économisait ses forces en vue de cet Alto de Murgil (2,1 km à 10,1 %), mur basque aux portions terrifiantes, dont le sommet situé à 8 km de l’arrivée devait servir de rampe de lancement pour le futur vainqueur. Mais la pluie a fait son apparition, retardé l’éclosion de l’échappée du jour (finalement formée à 150 km du but), et crispé un peloton peu enclin à prendre des risques inutiles.
Loin de suivre cet adage attentiste, Matej Mohoric n’a pas attendu les pourcentages sévères de l’ultime ascension du jour pour s’échapper à 25 km de la ligne, sur une chaussée totalement détrempée, avec le support de trois coureurs : Neilson Powless, Mikkel Honoré et Lorenzo Rota. Le quatuor a avalé sans mal Simon Carr, esseulé en tête depuis son coup de force dans l’Erlaitz (3,9 km à 10,6 %), repoussant l’assaut d’un Mikel Landa transcendé à domicile.

Des favoris transparents

L’écart dépassant rapidement la minute, le peloton s’est résigné à… rouler. Comme si la course elle-même devait s’offrir aux cadors. Seule, la Trek -Segafredo, bien que sporadiquement relayée par la UAE – Team Emirates et la INEOS – Grenadiers, a dû se résoudre à ne pas propulser Bauke Mollema vers un 5e podium sur l’épreuve.
A l’avant, Powless n’a pas voulu attendre et a tenté de faire la différence dans l’Alto de Murgil. Rejoint au sommet par Mohoric et Honoré, l’Américain a pu compter sur un malheureux fait de course, lorsque Honoré a chuté et a provoqué par la même occasion le malheur du revenant Rota. Soudainement en tête, le coureur de Floride a vu toutefois revenir Mohoric et Honoré. Loin de jouir d’une pointe de vitesse équivalente à celle de ses adversaires, le grimpeur-rouleur de la EF Education - Nippo ne s'est pas manqué pour devenir le premier Américain vainqueur à San Sebastián, pour le 40e anniversaire de l’épreuve. Relégués à plus d'une minute sur la ligne, les principaux favoris ont déçu par leur attentisme, même si les conditions ont sans doute joué leur rôle et refroidi les germes de velléités.
Mondiaux sur route
"Il fallait durcir la course au maximum pour avoir une chance"
IL Y A 18 MINUTES
Mondiaux sur route
7e de l’histoire, 10e titre français : Le doublé d’Alaphilippe en chiffres
IL Y A 34 MINUTES