AFP

Critérium du Dauphiné : Andrew Talansky (Garmin) remporte l'épreuve devant Alberto Contador

Contador ? Froome ? Non, Talansky !

Le 15/06/2014 à 16:50Mis à jour Le 15/06/2014 à 19:45

Incroyable final ! Parti dans la bonne échappée, Andrew Talansky (Garmin) a remporté le Critérium du Dauphiné, dimanche à Courchevel. L'Américain n'était "que" troisième au classement général au départ de cette dernière journée, derrière Alberto Contador (Tinkoff) et Christopher Froome (Sky). La huitième et dernière étape est revenue à Mikel Nieve (Sky).

Incroyable étape ! Incroyable final ! Au lendemain de la prise de pouvoir d’Alberto Contador (Tinkoff), un véritable coup d’état a eu lieu ce dimanche entre Megève et Courchevel, dernière étape de ce Dauphiné. Ni Chris Froome, en totale perdition, ni Contador, auteur d’une tentative chevaleresque dans le final pour sauver son maillot jaune, n’ont remporté la victoire finale. C’est l’Américain Andrew Talansky (Garmin), troisième ce matin, qui s'arroge le général après avoir fait partie d’une échappée magistrale, enflammant d’entrée une étape remportée par Mikel Nieve (Sky), devant Romain Bardet (AG2R). Contador se contente de la deuxième place de ce Dauphiné, devant Jurgen Van den Broeck (Lotto).

Mikel Nieve, vainqueur de la folle étape de Courchevel sur ce Dauphiné, ce dimanche 15 juin 2014

Mikel Nieve, vainqueur de la folle étape de Courchevel sur ce Dauphiné, ce dimanche 15 juin 2014AFP

Sur le papier, l’étape reine, ce devait être samedi. Mais dans le cyclisme, plus qu’ailleurs, ce sont les coureurs qui décident où et quand écrire l’histoire. Ce dimanche, ils ont écrit l'une des plus belles pages du Critérium du Dauphiné. On s’attendait à un nouveau mano-a-mano entre Alberto Contador, leader dimanche matin, et Froome, deuxième à huit secondes, le reste du peloton en a décidé autrement. C’est juste après la première ascension de cette étape courte (131,5km), la côte de Domancy, que s’est dessinée ce scénario digne des meilleurs thrillers.

Froome s'effondre, Contador s'envole

Après un départ très rapide, une échappée royale - presque surréaliste - de 23 coureurs prend le large. Quatre membres du top 10 sont là. Andrew Talansky, (le mieux placé, 3e à 39’’) Jurgen Van den Broeck (Lotto), Romain Bardet (AG2R) et Adam Yates (Orica). Derrière, c’est la panique. Contador, Froome et Nibali sont piégés. La Tinkoff-Saxo de Contador explose rapidement. L’écart flirte avec les trois minutes avant que les Sky, encore impressionnants, ne mettent en route le rouleau-compresseur pour tenter de revenir. Après 70 kilomètres d’une lutte acharnée, le groupe Talansky n’aborde la côte de Montagny (30 kilomètres de l’arrivée) qu’avec 1’15’’ de marge. C’est alors que Froome attaque. Contador le suit. Nibali contre… et s’en va seul. Quelques minutes plus tard, Contador s’en va aussi. Froome est scotché au bitume. Sensation. Le tenant du titre finira l’étape à plus de cinq minutes. Et dégringolera à la 12e place du général.

Devant, Contador s’est lancé dans une course poursuite chevaleresque dont il a le secret pour sauver son maillot jaune. Son débours est alors supérieur à 2’30’’. Il reprend un à un les membres de l’échappée, et grignote, seul, son retard face aux huit derniers hommes en tête, où Talansky fait l’essentiel du travail. Dans l’ascension finale vers Courchevel-le-praz, l’Espagnol semble réussir son pari en revenant à moins de 55 secondes à cinq kilomètres du but. Mais il ne reviendra jamais plus près. Le combat pour la victoire d’étape condamne sa folle entreprise.

Ironie du destin, c’est Mikel Nieve (Sky), l’équipier de Froome, qui s’ impose à Courchevel après une attaque décisive à quatre kilomètres de l’arrivée. Romain Bardet, deuxième, a bien failli le reprendre dans les tous derniers mètres, mais le Français peut se consoler en remontant à la cinquième place du général. Contador, lui, franchit la ligne avec 27’’ de trop mais pourrait presque se réjouir de sa deuxième place finale. Le New Yorkais, lui, était en larmes à l’arrivée après s’être offert la plus belle victoire de sa carrière. Il s’en souviendra toute sa vie. Le Dauphiné aussi.

Les larmes de joie d'Andrew Talansky après sa victoire finale à Courchevel sur le Dauphiné 2014.

Les larmes de joie d'Andrew Talansky après sa victoire finale à Courchevel sur le Dauphiné 2014.AFP

0
0