Getty Images

Les contours de la chute de Froome révélés : "J'ai pensé qu'il y était peut-être resté"

Les contours de la chute de Froome révélés : "J'ai pensé qu'il y était peut-être resté"

Le 15/06/2019 à 12:58Mis à jour Le 15/06/2019 à 13:08

La chute de Christopher Froome (Team Ineos) mercredi à l'entraînement et son forfait pour le prochain Tour de France ont fait les gros titres ces derniers jours. Les circonstances de cet accident, longtemps restées floues, se révèlent petit à petit. Et elles font froid dans le dos.

Pas d'images, peu de mots. L'accident de Christopher Froome a peut-être fait parler dans les grandes largeurs ces derniers jours, la chute en elle-même est restée assez éclipsée par ses conséquences. Il a fallu du temps et la voix de certains acteurs extérieurs au Team Ineos du coureur britannique pour en savoir plus sur cet incident grave qui va priver le quadruple vainqueur du Tour de la Grande Boucle 2019. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le choc a été aussi violent que traumatisant pour tous les témoins.

Martin explique ainsi que les images du crash, il n'a vu Froome qu'au moment où il a heurté le mur d'une maison, lui reviennent dans la tête et ont notamment bien gêné sa nuit entre mercredi et jeudi. Il précise également que Froome a bien été déporté par une bourrasque de vent juste devant la voiture de son équipe, comme l'avait décrit Dave Brailsford, le directeur de l'équipe Ineos, juste après l'accident. "Il n'avait pas la moindre chance de perdre de la vitesse, poursuit Martin. Cela montre juste à quel point le cyclisme peut être dangereux. Pas seulement ce que nous faisons mais pour n'importe qui. Cela aurait pu arriver à n'importe qui."

Vidéo - "Chris Froome arrivait en bas de la descente, le vent lui a fait perdre le contrôle"

02:59

Deux nouvelles fractures découvertes

Le bilan médical était sérieux pour le coureur britannique, victime de plusieurs fractures au fémur, au coude droit, de plusieurs côtes cassées et de lésions internes suite au choc. Il s'est alourdi également d'une vertèbre fracturée au niveau du cou et d'une fracture du sternum, découvertes durant l'opération qui a nécessité plus de six heures de soins. Un des chirurgiens qui y a participé, Giorgio Gresta, a donné plus de précisions à la Gazzetta dello Sport vendredi. Gresta appuie dans un premier temps l'avis de son confrère Rémi Philippot, qui a assuré vendredi que Froome pourrait se remettre de toutes ses blessures, ce dans un délai autour de six mois et revenir "plus fort que jamais". Ce alors que sa blessure au fémur est décrite comme "une fracture ouverte complexe".

Il explique ainsi que le Britannique est toujours placé en soins intensifs par "précaution". "C'est dû à l'étendue des blessures et parce que le patient a perdu plus ou moins deux litres de sang. Il n'est pas face à un risque spécifique mais il était important qu'il soit au calme et détendu. Il sera transféré dans une unité normale dès que possible." Gresta assure également que dans son malheur, Froome était "chanceux" d'être proche de l'hôpital de Saint-Etienne, "à l'avant-garde" en ce qui concerne les techniques de récupération.

A 34 ans, Froome fait donc face à un nouveau défi, celui du temps, pour espérer revenir à son meilleur niveau.

0
0