"J'ai complète confiance dans le DTN (Christophe Manin, ndlr) et son équipe, les choses sont en place", a déclaré lundi à l'AFP Michel Callot, qui ne prévoit pas de révolution après les prochains JO. "Les résultats, positifs ou négatifs, seront à analyser de très près", a-t-il estimé. "En 2020, il y a eu des surprises liées à la capacité d'adaptation des athlètes par rapport à des calendriers réduits. Je ne serais pas étonné qu'à Tokyo on s'achemine vers des résultats surprenants pour la même raison, à part peut-être les professionnels sur route".

Quand les Jeux Olympiques permettent de s'accrocher à ses rêves : La belle histoire de Sojung Chin

Par rapport à l'objectif des six médailles, Michel Callot a relevé que "lors de la dernière saison pleine, en 2020, la FFC a obtenu six médailles dans les épreuves olympiques". "On ne peut pas fixer moins", a ajouté le président de la fédération qui croit à une dynamique de l'équipe de France olympique et a demandé au DTN d'oeuvrer en ce sens. Dans le détail, les chances françaises sont réparties sur l'ensemble des disciplines (route, piste, VTT, BMX) avec toutefois une réserve pour le sprint. Le secteur, qui a accumulé les médailles sur les vélodromes durant le dernier quart de siècle, est désormais confronté au risque du déclin, souligné par la récente retraite de Grégory Baugé.
Tour d'Espagne
Vuelta 2021 – dates, parcours, diffusion et chaîne, favoris, Français : toutes les infos
IL Y A UNE HEURE

Seul souci, le sprint

"Là où il y a un souci, c'est le sprint", a convenu Michel Callot, en rappelant qu'il est "inévitable que le niveau ne soit pas homogène partout" : "dans les dernières compétitions de sprint, il n'y a pas la progression que l'on aurait voulu voir. Il faut trouver la parade. Cela mérite notre attention sans attendre Tokyo." Interrogé sur le rôle que pourrait être amené à jouer à l'avenir Grégory Baugé, le président de la FFC s'est montré ouvert : "je le lui ai dit, je souhaite vivement que la FFC puisse d'une manière ou d'une autre profiter de son expérience de très grand champion. On a besoin d'assurer une continuité dans cette discipline très particulière."
A propos de la route, vitrine de son sport, Michel Callot a estimé que "beaucoup de choses restent à faire" avec la Ligue nationale du cyclisme, dont le président fraîchement élu est Xavier Jan. "Nous avons une relation très sereine sur tous les sujets administratifs et techniques qui nous lient. Mais on est conscient, tous les deux, qu'il manque un vrai projet sportif qui lie davantage les systèmes professionnel et amateur. Ce n'est pas la faute de l'un ou de l'autre. Mais des aspects pourraient être mieux travaillés pour le parcours de formation idéal d'un futur champion", a précisé le président de la FFC, en citant notamment l'exemple du contre-la-montre.
Clásica San Sebastián
Powless plus fort que Mohoric et Honoré au sprint
IL Y A 16 HEURES
Clásica San Sebastián
Alaphilippe, Vingegaard, Bernal, Landa... Un plateau royal sur les routes basques
HIER À 22:56