AFP

Giro 2013: Bradley Wiggins (Sky), la goutte d'eau qui fait déborder le vase

Wiggins, la goutte d'eau qui fait déborder le vase
Par Eurosport

Le 16/05/2013 à 19:51Mis à jour Le 17/05/2013 à 08:30

A la ramasse ce jeudi sur la 12e étape du Giro, Bradley Wiggins n'a fait que confirmer un état de forme très en-deçà de ce qu'il annonçait. Le Britannique a désormais plus de cinq minutes de retard sur le leader. L'abandon de Wiggo semble être une question d'heures.

Sous la pluie battante qui a inondé le peloton ce jeudi, entre Longarone et Treviso, Bradley Wiggins, lui, a définitivement coulé.  La difficulté du Britannique à combattre ses démons sur cette édition du Giro n'est pas une nouveauté. Pétrifié sur son vélo, les traits du visage tirés, il semble avoir littéralement été jeté dans la fausse aux lions. Pourtant, d'autres prédateurs, comme le requin de Messine Vincenzo Nibali (Astana), semble faire la brasse à ses côtés.

L'abandon de Wiggins, qui au départ relevait plus de la fiction que de la réalité, se précise. Car Sir Wiggins a encore perdu pied, jeudi. A l'agonie et distancé lors de la 12e étape, le vainqueur du Tour de France n'a pu garder les roues des coéquipiers (Zandio, Knees et Pate) qui l'avaient attendu. Le passage sur la ligne a sonné le glas du Londonien: 3'17" de retard sur le vainqueur du jour, Mark Cavendish, et au général, 5'22" de pénalité sur le maillot rose Vincenzo Nibali. Les mains greffées sur ses freins, le coup de pédale extrêmement lourd et la mine renfrognée, le Wiggins de 2012 ne ressuscitera pas sur ce Giro, c'est une certitude. Rigoberto Uran, troisième à 2'04" de Nibali, endosse désormais la tunique de leader chez Sky. "Nous avons eu beaucoup de choses négatives, mais nous sommes toujours en bonne position dans la course. Nous avons une équipe très forte, très motivée, qui va continuer à courir pour Rigoberto afin que l'équipe ne perde pas son objectif." Wiggo, qui a confié souffrir d'une infection pulmonaire, passe aux oubliettes et va bientôt être un poids plus qu'un moteur pour la formation britannique.

L'abandon, le choix de la raison

L'abandon de Sir Wiggins pourrait être annoncé vendredi matin. Cela semble être une issue plus qu'envisageable aux vues de ses lacunes à suivre le rythme. Après avoir disparu du Top 10 au classement général, l'annonce de son retrait de la compétition n'aurait rien de surprenant. Sa volonté de prolonger l'aventure serait quant à elle beaucoup plus "anormale". Dave Brailsford n'a pas écarté cette hypothèse. "Je ne sais pas si Wiggins va continuer a annoncé le manager de l'équipe Sky. Les toubibs évalueront sa santé cette nuit, et prendront une décision demain matin". 

Mais pourquoi s'acharner à faire de la résistance ? Mal en point, Wiggins aurait tout intérêt à rentrer chez lui pour se reposer, se soigner et bien préparer le Tour de France. Cependant, peut-être que le Britannique percevrait cet abandon comme une perche tendue à Chris Froome pour son leadership sur la prochaine Grande Boucle. Fier et obstiné, l'Anglais ferait mieux de jouer les cartes de la sagesse et de la raison. "Quand Bradley s'est cassé la clavicule dans le Tour (en 2011), l'équipe n'avait plus de but", a rappelé Dave Brailsford. "Ici, nous nous sentons toujours compétitifs". Si pour Wiggins il y a encore quelques doute, du côté de la direction de Sky, tout est dit.

0
0