From Official Website

Contador leur met une claque

Contador leur met une claque
Par Eurosport

Le 15/05/2011 à 13:25Mis à jour Le 15/05/2011 à 19:07

Impérial sur les pentes de l'Etna, où il a remporté la 9e étape, Alberto Contador a pris le pouvoir dimanche sur le Giro. L'Espagnol est passé à l'attaque et aucun de ses principaux adversaires n'a été capable de l'accompagner. Au général, Contador devance Konstantin Siutsou de 59 secondes.

Le message est clair. Sur ce Giro, il y a Alberto Contador et les autres. L'Espagnol a mis à profit la première véritable étape de montagne, dimanche, pour afficher sa supériorité. Vainqueur sur les pentes de l'Etna, il décroche son premier succès d'étape sur le Tour d'Italie, puisqu'il n'avait pas levé une seule fois les bras lors de son sacre en 2008. Mais l'essentiel est ailleurs, dans l'ampleur de sa victoire. Seul Jose Rujano a pu suivre le Madrilène presque jusqu'au bout, il était déjà très loin au général. En revanche, tous les rivaux attendus de Contador ont été lessivés en Sicile. Au point que l'on peut se demander si cette 94e édition n'est pas déjà pliée.

Bien sûr, il reste encore deux semaines avant de rallier Milan et le plus dur reste encore à venir. Mais cela aurait plutôt tendance à nous inquiéter pour la concurrence... Contador peut connaître un jour sans. Il peut perdre ce Giro. Mais les autres ne peuvent plus le gagner. Lorsqu'il a démarré à sept kilomètres du sommet, sur des pourcentages pourtant pas excessifs, ce fut la débâcle. Michele Scarponi a certes réussi à revenir au contact. Mais un kilomètre plus loin, il a à son tour lâché prise pour de bon. Jose Rujano, qui avait pris les devants dans cette ascension finale, s'est accroché. Puis le petit grimpeur vénézuélien a rendu les armes sur une dernière accélération de Contador, peu avant la flamme rouge. L'Espagnol voulait, aussi, la victoire d'étape. Comme pour mieux marquer son territoire.

Les Français s'accrochent

Derrière, il n'y a que des battus, avec des nuances dans la défaite. Il y a ceux qui ont tant bien que mal limité les pertes. Arrivés dans une fenêtre de 17 secondes, Vincenzo Nibali, Roman Kreuziger, David Arroyo, Igor Anton ou Michele Scarponi, considérés comme des adversaires directs de Contador dans la course au maillot rose, ont concédé entre 50 secondes et 1'07" sur la ligne. D'autres ont pris beaucoup plus cher. On pense notamment à Denis Menchov ou Joaquim Rodriguez, repoussés à plus de deux minutes sur le volcan sicilien. Parmi les outsiders, les deux principaux bénéficiaires sont Konstantin Siutsou et Christophe Le Mével. Le premier a accompagné Nibali, le second, Scarponi. Au général, ils sont respectivement deuxième et troisième, juste devant les deux Italiens. Au passage, on soulignera la belle performance d'ensemble des Français puisque, outre Le Mével, Hubert Dupont et John Gadret, les duettistes d'AG2R La Mondiale, ont fini dans le Top 10 de l'étape.

Après cette première bataille, Alberto Contador donne donc quasiment l'impression d'avoir déjà gagné la guerre. Vincenzo Nibali et Michele Scarponi pointent désormais à 1'21" et 1'28" au classement général. Roman Kreuziger est à 1'41". Igor Anton à 2'21". Denis Menchov ou Joaquim Rodriguez naviguent à plus de trois minutes. Voilà pour ceux qui sont supposés contester la victoire finale au Castillan. Les 17 secondes glanées à Tropea samedi annonçaient la grande lessive de l'Etna. Au terme de ce week-end, la concurrence est dans les cordes. La journée de repos, lundi, va lui permettre de reprendre ses esprits. Il faudra bien ça pour s'en remettre.

0
0