AFP

Costaud comme Ventoso

Costaud comme Ventoso
Par Eurosport

Le 12/05/2011 à 12:27Mis à jour Le 12/05/2011 à 23:18

Francisco Ventoso (Movistar) a remporté la 6e étape du Tour d'Italie au terme d'un final corsé. L'Espagnol a devancé Alessandro Petacchi (Lampre) pris au piège par l'attaque de Danilo Di Luca (Katusha) dans les derniers mètres. Le général n'a subi aucun changement.

Et Petacchi s'est assis sur sa selle. Incapable de donner ce dernier coup de pédale qui aurait pu, dû, couronner le grand favori du jour. A une dizaine de mètres de la ligne, alors que l'Italien déborde Francisco Ventoso (Movistar), il stoppe subitement son effort et s'écroule, exténué, dans l'aire d'arrivée. Le vétéran de la Lampre, contraint de lancer son sprint précocement suite à l'attaque de Danilo Di Luca (Katusha) à 600 mètres de la ligne, s'est fait piéger. Ventoso lui a raflé le bouquet sous son nez.

Une surprise ? Pas franchement. Depuis le début de l'année, la pointe de vitesse de l'Espagnol fait des ravages notamment sur quatre étapes au Tour Down Under, au Tour d'Andalousie et au Tour de Castille et Léon. Mais depuis la Vuelta 2006, l'Espagnol de Movistar cherchait un succès sur un grand tour. C'est fait.

Il faut dire que le final corsé, un faux plat montant de 5 kilomètres après une côte de 5 kilomètres à 4% de moyenne, correspondait parfaitement à son profil. Cette étape casse-pattes a surtout permis d'opérer une sélection radicale parmi les sprinters. Ce sont les plus costauds des as de la dernière ligne droite qui se sont disputés le butin ce jeudi. Distancé à 20 kilomètres du terme, Mark Cavendish (HTC) a ainsi rapidement fait une croix sur ses ambitions tout comme les Brown (Rabobank) et McEwen (RadioShack).

L'orgueil de Millar et Di Luca

Mais tous les sprinters ont bien failli rentrer fanny à Fiuggi. Le coup du jour, emmené par un Yaroslav Popovych (RadioShack) qui a semblé retrouver les jambes de ses plus belles années, a donné du fil à retordre aux Movistar et autres Farnese, engagés dans une poursuite longtemps indécise. Il a ainsi fallu attendre les deux derniers kilomètres pour voir le paquet avaler Kristof Vandewalle (Quick Step), dernier des cinq baroudeurs du jour, après 204 bornes d'échappée. Le final aurait pu sourire aux orgueilleux David Millar (Garmin-Cervélo), qui a multiplié les tentatives dans les 20 derniers kilomètres, et Danilo Di Luca (Katusha), parti à 600 mètres de la ligne et finalement quatrième, les deux grands perdants de la veille. Mais Ventoso était trop fort.

Sans surprise, Pieter Weening garde la précieuse tunique rose puisqu'aucun changement parmi les leaders n'est à noter au général. Le Néerlandais aura sans doute plus de mal à défendre son leadership vendredi lors de la première arrivée au sommet, celui du Montervergine (20 kilomètres à 5% de moyenne). Un profil sans doute trop tendre pour une explication entre cadors. Mais Christophe Le Mével (Garmin-Cervélo), intenable depuis samedi, encore septième ce jeudi et qui ne pointe qu'à 5 secondes de Weening au général, a sans doute une petite idée derrière la tête.

0
0