AFP

HTC met Pinotti sur orbite

HTC met Pinotti sur orbite
Par Eurosport

Le 07/05/2011 à 15:01Mis à jour Le 07/05/2011 à 23:14

Comme il y a deux ans, l'équipe HTC a remporté le contre-la-montre inaugural du Tour d'Italie. La formation de Mark Cavendish, donnée favorite, s'est imposée à Turin en devançant de 10 secondes les RadioShack. C'est l'Italien Marco Pinotti qui endosse le premier maillot rose de ce Giro 2011.

C'est ce qui s'appelle être à l'heure. L'équipe HTC High Road, avec sa cargaison de rouleurs, apparaissait comme une des grandes favorites de cette 1re étape, disputée à Turin sous la forme d'un chrono collectif de 19 kilomètres. Il y a deux ans, dans des circonstances similaires et sur un parcours approchant, la formation américaine avait déjà dominé ce premier rendez-vous du Giro. A l'époque, c'est Mark Cavendish qui avait coupé la ligne en premier, s'octroyant ainsi le maillot rose. Cette fois, le sprinter britannique a cédé la place à Marco Pinotti. L'Italien, excellent rouleur, a été un des principaux artisans du succès de son équipe. Ce maillot rose lui revenait presque de droit.

Sous le soleil piémontais, les HTC sont les seuls à être descendus sous les 22 minutes (21'59"), à plus de 55 km/h de moyenne. Ils auraient pu perdre gros puisque, après la crevaison de Mark Renshaw, ils se sont retrouvés à cinq seulement dans le final. Or le temps collectif est pris sur le cinquième coureur à franchir la ligne d'arrivée. Un autre pépin mécanique et la victoire se serait envolée. Heureusement, il n'en a rien été. HTC High Road a devancé de 10 secondes une autre équipe américaine, Radioshack. Avant-dernière formation à partir, la bande à Tiago Machado a longtemps rivalisé avec sa consoeur américaine, avant de céder sur la fin. Derrière, six équipes se tiennent en huit secondes, de Liquigas (3e à 22 secondes) à Saxo Bank (8e à 30 secondes). La déception est venue de Garmin-Cervelo, seulement 5e à 24 secondes. On attendait mieux de David Millar et Cie.

Rodriguez et Anton prennent cher

En ce qui concerne les grands favoris de ce Giro, cette première étape n'aura pas de conséquences majeures. Surtout au vu de ce qui attend le peloton lors des trois prochaines semaines, particulièrement montagneuses... Néanmoins, Vincenzo Nibali ne doit pas être mécontent. Le leader de Liquigas a bénéficié du bon chrono de son équipe pour prendre, par exemple, huit secondes à Alberto Contador. Une broutille, certes, mais c'est toujours ça de pris. D'autres ont tout de même cédé déjà pas mal de temps. On pense à Denis Menchov, dont l'équipe Geox n'a pris que la 18e place. Le Russe lâche ainsi une trentaine de secondes sur Nibali, point de référence parmi les prétendants, dans la mesure où ni HTC ni RadioShack ne disposent d'un des très grands favoris à la victoire finale. Même sanction à quelques secondes près pour Roman Kreuziger (Astana).

Mais il y a plus mal loti encore que Menchov et Kreuziger. Les deux principales victimes des dommages collatéraux du chrono sont espagnoles. Joaquim Rodriguez et Katusha ont en effet terminé à plus d'une minute des vainqueurs. Pour Rodriguez, ce sont déjà 41 secondes de perdues sur Nibali et 33 sur Contador. La "palme" revient cependant à Igor Anton. Le grimpeur basque paie cash la dernière place de l'équipe Euskaltel, reléguée à 1'13" de la formation HTC. Le voilà à plus de 40 secondes de Nibali. Dans trois semaines, après les routes blanches, le Montevergine, l'Etna, le Crostis, le Zoncolan et tous les autres cols monstrueux à venir, il ne restera peut-être plus rien des secondes turinoises. Mais sait-on jamais....

0
0