AFP

Maître et seigneur

Maître et seigneur
Par Eurosport

Le 27/05/2011 à 11:23Mis à jour Le 27/05/2011 à 19:03

Alberto Contador était encore le plus fort vendredi dans la montée finale vers Macugnaga, terme de la 19e étape. Mais l'Espagnol, grand seigneur, n'a pas voulu priver de la victoire Paolo Tiralongo, passé à l'attaque un peu plus tôt. Mieux, le maillot rose a emmené l'Italien sur un plateau.

Alberto Contador n'évolue pas seulement une jambe au-dessus de tout le monde sur ce Giro. L'Espagnol est, en plus, grand seigneur. Ce vendredi, le maillot rose, parti du groupe des favoris à moins de deux kilomètres de l'arrivée, a fondu sur Paolo Tiralongo dans les derniers mètres des pentes plutôt douces qui mènent à Macugnaga. Parti à 5 kilomètres du terme, l'Italien a vu le maillot rose l'avaler à 800 mètres de la ligne. Mais Contador, qui aurait pu le déposer, a emmené son ancien équipier chez Astana décrocher la plus belle victoire de sa carrière.

Même sur un troisième catégorie, même sur une pente à moins de 4%, Alberto Contador fait parler son panache et sa science de la course. Sur tous les terrains, le maillot rose distribue les points, fait ou défait la course. Les écarts sur la ligne ne sont pas énormes mais Contador un peu plus d'éclat encore au rose de son maillot. L'Espagnol n'avait sans doute pas besoin de cela pour décrocher ce Giro mais son coup de force et son geste à l'arrivée donnent une certaine idée de son panache. Ce n'est pas Tiralongo, ému aux larmes à sur la ligne, qui dira le contraire. "Je le remercie", a salué l'Italien qui signe sa première victoire chez les professionnels. Lui, le fidèle équipier, dévoué à la cause de ses leaders s'est vu récompenser de son investissement. Car lors du couronnement de Contador sur le dernier Tour de France, Tiralongo fut d'une précieuse aide à l'Espagnol.

Gadret engrange, Pineau enrage

Vincenzo Nibali (Liquigas) a profité du coup de tonnerre de Contador pour s'inviter sur le podium et prendre 8 secondes de bonifications. Michele Scarponi termine à 2 secondes du Squale. Des écarts infimes mais seulement 37 secondes séparent les deux hommes au général. La vrai bonne opération est à mettre au crédit de John Gadret (Ag2r-La Mondiale), quatrième de l'étape. Siutsou (HTC) pointe désormais à 1'05" de Gadret et le Français a surtout creusé l'écart sur deux de ses principaux adversaires à la 4e place. Denis Menchov (Geox) a accusé un retard de 55 secondes sur Gadret à Macugnaga. Le grand perdant reste Jose Rujano (Androni), en faillite totale dans une ascension pourtant plutôt douce. Le Vénézuélien a terminé à 2'20" de Tiralongo et perd 4 places au général.

Pourtant, longtemps, le scénario de cette 19e étape laissait entrevoir une journée tranquille pour l'ensemble des favoris. Aux avant-postes avec Rabottini (Farnese) et Bak (HTC), Jérôme Pineau (Quick Step) a cru en ses chances alors que l'écart a flirté avec les 12 minutes. Mais lorsque Garzelli (Acqua e Sapone) est venu mettre la pagaille parmi les fuyards, le Français a dû faire une croix sur ses ambitions d'autant que les Katusha, d'un Joaquim Rodriguez ambitieux, ont ramené ce qu'il restait du peloton sur lui dans la dernière ascension. Une nouvelle fois, Contador a profité du travail des autres pour faire étalage de son talent, et de son altruisme.

0
0