AFP

Un duo d'enfer

Un duo d'enfer
Par Eurosport

Le 20/05/2011 à 12:55Mis à jour Le 20/05/2011 à 18:32

Alberto Contador et Jose Rujano se sont envolés vendredi sur les pentes du Grossglockner. Grand seigneur, le maillot rose n'a pas disputé la victoire au Vénézuélien, qui remporte donc cette 13e étape. Au général, Contador a fait le trou, avec plus de trois minutes d'avance sur Vincenzo Nibali.

Etna-Grossglockner, même combat. Un vrai copié-collé. Alberto Contador a accéléré à 8 kilomètres de l'arrivée, seul José Rujano a suivi. Michele Scarponi s'est accroché avant de s'asseoir sur sa selle. Cette fois, le Vénézuélien, très loin au général avant la montagne (+6 minutes), a collaboré et Contador l'a récompensé en ne lui disputant pas la victoire d'étape. Les autres ? Résignés. Un enterrement de première classe pour les Nibali, Kreuziger, Menchov, Arroyo et autres Rodriguez repoussés à plus de 1'30" sur la ligne.

Ce vendredi soir en Autriche, Contador contemple le reste du peloton du haut de son confortable matelas. L'Espagnol, pourtant privé d'équipier dans l'ascension finale, est seul et déjà loin, très loin, de Nibali (+3'06"). L'écart est énorme après trois arrivées au sommet, les battus sont nombreux. Ses concurrents se remettront-ils de cette deuxième claque consécutive ? Difficile d'y croire. Le comportement des autres cadors sur les pentes du Grossgklockner a trahi leurs ambitions. Désormais, c'est pour les places d'honneur qu'ils se battront à moins d'une improbable défaillance du leader de la Saxo Bank.

Gadret-Dupont au top, Le Mével s'écroule

Seuls les Français ont tenté de réagir derrière l'intouchable duo. John Gadret et Hubert Dupont, respectivement 3e et 4e, ont profité de la capitulation des leaders pour s'inviter dans le top 10 au général. Un beau numéro des hommes forts de Vincent Lavenu, en difficulté dans les portions les plus délicates de l'ascension finale, avant de tenter le coup en contre. Bien leur en a pris. Christophe Le Mével, lui, a rendu les armes.

Les 16 fuyards du jour n'ont, eux, pas eu tellement le temps de croire en les leurs. Certes, ce groupe avait de l'allure avec les Kiserlosvki (Astana), Vicioso (Androni) ou encore Weening (Tabobank). Mais le travail énorme des Euskaltel ne leur a pas permis d'accroître leur avance au-delà des 5 minutes. La formation basque s'est mis à la planche une bonne partie de la journée pour mettre sur orbite Igor Anton. Au final, elle a travaillé pour Alberto Contador. A neuf jours de l'arrivée, l'Espagnol a désormais le maillot rose, le maillot vert (meilleur grimpeur) et le maillot rouge (classement par points). Comme un symbole d'une suprématie incontestable. Et ce ne sont pas le Crostis et le Zoncolan, samedi, qui devraient entraver sa marche en avant. Ils pourraient même définitivement enterrer la concurrence.

0
0