Imago

Weylandt, le drame

Weylandt, le drame
Par Eurosport

Le 09/05/2011 à 18:10Mis à jour Le 09/05/2011 à 18:39

Le Giro a été frappé par la mort lundi. Le Belge Wouter Weylandt, victime d'une chute à environ 25 kilomètres de l'arrivée de la 3e étape, est décédé des suites de ses blessures. C'est la consternation sur le Tour d'Italie. Weylandt, membre de l'équipe Leopard Trek, était âgé de 26 ans.

C'est une journée terrible pour le Tour d'Italie et pour le cyclisme. Le peloton a perdu un des siens. Wouter Weylandt, 26 ans, est décédé lundi après une effroyable chute. Pendant plus d'une heure, les médecins ont essayé de le sauver, sur la route. Mais ils n'ont rien pu faire. Il n'y avait rien à faire. Et l'information que tout le monde redoutait a été annoncée par la RAI, à 17h30, soit un peu plus d'une heure après l'accident. "Son coeur a cessé de battre", a expliqué le responsable des sports de chaine italienne, Auro Bulbarelli.

La vie de Wouter Weylandt a basculé à 25 kilomètres de l'arrivée, dans la descente du Passo del Bocco. Selon la reconstitution des forces de l'ordre, la pédale gauche de Weylandt a accroché un muret le long de la route et le coureur a effectué une terrible cabriole d'une vingtaine de mètres. Il a suffi d'une seule image de la télévision italienne pour que chacun comprenne la gravité de la situation. On y voyait Weylandt gisant sur le sol, inconscient et saignant abondamment. Autour de lui, la panique de ceux qui viennent lui porter secours témoignait également du drame qui se nouait. Rapidement, les médecins ont tenté de lui prodiguer un massage cardiaque. Mais l'hélicoptère médical, compte tenu du relief de la région, n'a pu se poser pour permettre une évacuation. Cela n'aurait de toute façon probablement rien changé.

Une leçon toujours plus douloureuse

Il y a un an, Wouter Weylandt avait vécu la plus grande joie de sa carrière en remportant la 3e étape du Tour d'Italie. Par un cruel clin d'oeil, c'est cette même 3e étape de ce même Giro qui, un an plus tard, a vu ce terrible drame se produire. Angelo Zomegnan, le patron de la course, était, comme tout le monde, consterné à l'arrivée. "C'est une situation irréelle et un jour très triste pour nous tous, a-t-il confié. Je ne sais pas quoi dire, nous sommes tous sur le choc et nous attendons des nouvelles", confiait-il alors que la mort de Weylandt n'avait pas encore été annoncée. Mais chacun pressentait la catastrophe. "Je ne peux pas concevoir que l'on puisse mourir de la sorte", a ajouté Angelo Zomegnan, bouleversé.

L'équipe Leopard Trek est évidemment tout particulièrement sous le choc. "Aujourd'hui, notre ami Wouter Weyland est décédé (...) L'équipe se trouve dans un état de tristesse et de choc et nous adressons nos plus profondes condoléances aux amis et à la famille de Wouter, a déclaré Bryan Nygaard, le manager de la formation luxembourgeoise, dans un communiqué. C'est une journée très dure pour le cyclisme et pour notre équipe." Wouter Weylandt avait rejoint la nouvelle équipe des frères Schleck l'hiver dernier. Un nouveau départ pour le Gantois, qui avait été fidèle à la formation Quick Step depuis ses débuts chez les professionnels, en 2006.

Tout semble bien dérisoire dans de telles circonstances. La course s'est poursuivie jusqu'à son terme, à Rapallo. Le peloton n'était évidemment pas au courant de la tragédie qui se nouait derrière lui. Mais la victoire d'Angel Vicioso ou le maillot rose de David Millar n'ont pas de sens ce soir, y compris pour eux. Angelo Zomegnan, avant même l'arrivée de l'étape, avait d'ailleurs annulé toute cérémonie protocolaire. Le cyclisme est un sport dangereux par nature. Épisodiquement, il vient nous le rappeler. Mais c'est une leçon à chaque fois plus douloureuse.

0
0