Reuters

Gesink a tenu bon

Gesink a tenu bon
Par AFP

Le 12/09/2010 à 23:57Mis à jour Le 13/09/2010 à 00:06

Le Néerlandais Robert Gesink (Rabobank) a remporté dimanche le Grand Prix de Montréal, dernière épreuve du Pro Tour courue en circuit sur 193,6 kilomètres, maintenant jusqu'au bout sa courte avance sur les autres favoris lancés à sa poursuite.

Gesink, troisième deux jours plus tôt au Grand Prix de Québec, a devancé le Slovaque Peter Sagan (Liquigas) et le Canadien Ryder Hesjedal (Garmin). Bouche grande ouverte, le Néerlandais de 24 ans, jailli du peloton à une dizaine de kilomètres de l'arrivée dans la principale difficulté du parcours, la côte Camilien-Houde (1,8 km à 8%), a résisté à la chasse menée par les autres candidats à la victoire dont Sagan, Hesjedal, Haimar Zubeldia (4e), Maxime Monfort (5e), le champion olympique Samuel Sanchez (6e) et Edvald Boasson Hagen.

"Ca a été très difficile de tenir jusqu'au bout. Je suis très content de gagner une course Pro Tour. J'ai découvert le parcours hier (samedi) et je me suis dit que c'était un bon tracé pour moi", a déclaré Gesink qui avait terminé 6e du Tour de France 2010. Gesink, une des révélations de la saison, avait terminé 5e du Tour de Suisse, ne perdant sa première place que dans le dernier contre-la-montre. Hesjedal, qui voulait une revanche après sa 4e place à Québec, a une nouvelle fois échoué à décrocher la victoire sur son sol natal.

Sur un circuit montréalais jugé plus "dur" que celui de Québec de l'avis de l'ensemble des coureurs, plusieurs coureurs ont tenté leur chance. Quatre hommes, les Espagnols Gorka Izagirre (Euskaltel) et Angel Madrazo (Caisse d'Epargne), le Néerlandais Maarten Tjallingi (Rabobank) et le Belge Kevin Seeldraeyers (Quick Step), ont fait la course en tête pendant 130 kilomètres et compté jusqu'à 3 min 36 sec d'avance. Un nouveau groupe (Machado, Horner, Oss, Sorensen, Gavazzi) s'est ensuite détaché, rejoint par un saignant Cyril Gautier, sans pouvoir distancer véritablement le peloton emmené par les équipes des leaders.

0
0