Reuters

Du grand Cancellara

Du grand Cancellara
Par Eurosport

Le 27/03/2010 à 16:49Mis à jour

Fabian Cancellara (Saxo Bank) a remporté le Grand Prix E3 samedi en devançant Tom Boonen (Quick Step) et Juan Antonio Flecha (Sky). Le Suisse a placé un démarrage impressionnant à un peu plus d'un kilomètre de l'arrivée pour disatcner définitivement ses deux compagnons d'échappée.

Le Grand Prix E3 fait partie de ce qu'on appelle presque péjorativement des semi-classiques, comme pour mieux signifier leur infériorité face à un Paris-Roubaix ou un Tour des Flandres. Au regard de l'histoire, et sur le prestige, il n'y a pas de raison de douter de cette classification. Mais on peut vous garantir que samedi, à Harelbeke, il n'y a pas eu demi-mesure, mais bien une vraie course, entre vrais cadors. Mieux, un grand vainqueur en la personne de Fabian Cancellara.

    Le Suisse a montré à tous ses rivaux qu'ils devraient compter avec lui dans les 15 jours qui viennent, sur le Ronde comme à Roubaix. D'autant qu'à cette victoire, Spartacus a ajouté la manière. Il a composé un trio majeur avec Juan Antonio Flecha et Tom Boonen à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée, quand les trois hommes forts de la course sont partis pour de bon dans l'ascension du Paterberg. Malgré les efforts de leurs poursuivants, dont Filippo Pozzato (Katusha), le tenant du titre, qui resta longtemps en chasse derrière les trois leaders. Un temps revenu à 15 secondes en compagnie de Sebastian Rosseler, l'Italien n'a jamais pu opérer la jonction.

    Boonen rate le record

    La victoire allait donc se jouer entre Cancellara, Boonen et Flecha. Inévitablement, le champion de Belgique apparaissait comme le favori numéro un. D'abord parce qu'il a déjà enlevé quatre fois la victoire à Harelbeke, où il fut invaincu entre 2003 et 2006. Il espérait devenir le coureur le plus titré sur cette course, devant son compatriote Rik Van Looy, également quatre fois vainqueur dans les années 60. Surtout, Boonen avait un atout maître: sa pointe de vitesse, nettement supérieure à celle de ses deux rivaux. Cancellara ne le sait que trop bien, lui qui avait dû s'incliner au sprint face à la star de Quick Step en 2008 sur le vélodrome de Roubaix.

    Mais dans un final somptueux, Cancellara a prouvé qu'il était capable de s'éviter un dénouement au sprint. A 1200 mètres de la ligne d'arrivée, le Bernois a placé un démarrage dont il a le secret, prenant 20 mètres d'avance à la sortie d'un rond point. L'écart a grandi mètre par mètre. Boonen a cru pouvoir combler ce petit trou, mais le Flamand a fini par se rendre à l'évidence et laisser filer Cancellara vers une magnifique victoire. Comme l'an dernier, Boonen termine donc à la deuxième place. Comme à Sanremo, aussi, il y a une semaine, lorsqu'il avait été battu, au sprint cette fois, par Oscar Freire au terme de la Primavera.

    Cette magnifique bagarre au sommet ouvre en tout cas l'appétit à une semaine du Tour des Flandres et à 15 jours de Paris-Roubaix. Dès dimanche, on retrouvera Boonen, Cancellara et les autres pour Gand-Wevelgem, qui a été avancé de 10 jours dans le calendrier. Placée auparavant entre le Ronde et l'Enfer du Nord, l'épreuve se dispute cette année avant ces deux grandes classiques. Mais Cancellara, quoi qu'il arrive, n'aura pas tout perdu en ce printemps.

    AFP

    0
    0