Voeckler s'offre Plouay !

Voeckler s'offre Plouay !
Par Eurosport

Le 02/09/2007 à 14:00Mis à jour

Thomas Voeckler (Bouygues) a signé sa plus belle victoire dimanche en remportant le Grand Prix de Plouay, au nez et à la barbe du peloton. L'ancien maillot jaune du Tour de France confirme sa forme éclatante puisqu'il venait de s'adjuger le Tour du Poitou

Quoi qu'il accomplisse d'ici la fin de sa carrière, Thomas Voeckler restera à jamais associé à ces dix journées passées en jaune lors du Tour de France 2004. Il a accédé à cette occasion à une popularité et à une reconnaissance que seules la Grande Boucle peuvent offrir. Trois ans plus tard, l'Alsacien a renoué avec la gloire à Plouay, en signant une victoire majuscule, sans aucun doute la plus belle de sa carrière. Son coup de rein à 2,5 kilomètres de l'arrivée n'a laissé aucune chance aux équipes de sprinteurs cachées dans le peloton. Du grand art.

Le Vendéen, déjà vainqueur du Tour du Poitou-Charente vendredi, a récidivé devant cette fois-ci le Norvégien Thor Hushovd (Crédit Agricole) et l'Italien Danilo Di Luca (Liquigas), leader du Pro Tour, qui complètent le podium. Souvent décrié pour la nature de son circuit, le Grand Prix a encore failli se jouer au sprint et à trois kilomètres de l'arrivée, au moment d'attaquer la dernière difficulté de la journée, une telle issue ne faisait en effet plus guère de doute.

Démarrage foudroyant

Auteur d'un démarrage foudroyant alors que la banderole se profilait, le futur vainqueur ne l'entendait pourtant pas ainsi. Dans son style caractéristique, le nez dans le guidon et toutes dents dehors, l'ex-champion de France 2004 parvenait mètre par mètre à prendre plusieurs longueurs sur la meute à ses trousses. Sous la flamme rouge, il ne comptait plus que quelques secondes d'avance mais continuait, à juste titre, de croire en sa bonne étoile.

Propulsé par le public, dont il est resté la coqueluche après avoir porté le maillot jaune durant dix jours lors du Tour de France 2004, le coureur de Jean-René Bernaudeau réalisait finalement l'exploit de résister au retour du peloton et pouvait savourer sa victoire lors des 200 derniers mètres, parachevant du même coup la belle course d'équipe des Bouygues Telecom et des Français, omniprésents dimanche en Bretagne.

Valverde discret

Laurent Lefèvre, échappé durant quatre heures en compagnie de Mickaël Buffaz (Cofidis), Nicolas Vogondy (Agritubel) et Benoît Vaugrenard (Française des Jeux) puis Pierrick Fédrigo (Bouygues Telecom) flanqué de l'espagnol Pablo Lastras (Caisse d'Epargne) et de l'Allemand Jens Voigt (CSC) avaient en effet occupé les premières loges durant la majeure partie de la journée.

Sans réussite, le peloton, comme souvent en pareil cas, jouant au chat et à la souris avec les échappées. Celui-ci pensait même avoir match gagné avant que ce diable de Voeckler ne sorte de sa boîte au crépuscule de la course. Juste avant que l'Espagnol Alejandro Valverde (Caisse d'Epargne), dont la présence avait tant fait jaser pour des raisons extrasportives, n'en finisse tranquillement au milieu du peloton.

0
0