Guillaume Martin, qu'annoncez-vous pour cette nouvelle année ?
Guillaume Martin. : "C'est important de sortir des sentiers battus à un moment de sa carrière. 2022 passe par de nouveaux objectifs. Mon programme sera différent. La grande nouveauté, c'est surtout une participation au Giro, une course qui m'a toujours attiré, qui est faite pour les grimpeurs et qui peut correspondre à mes qualités. Elle a lieu à un moment de l'année (6-29 mai) où je suis souvent en forme, sans trop savoir pourquoi. C'est une question de chronobiologie. D'habitude j'étais en stage, c'était dommage. J'avais envie de courir le Giro. La décision avait été prise avant de connaître le parcours et on s'était gardé la possibilité de faire marche arrière. Mais, avec peu de chronos et un parcours montagneux, j'ai été conforté dans ma volonté d'aller en Italie."
Cyclisme
Evolution "favorable" de l'état de santé de Bernal
IL Y A 4 HEURES
Ce qui me plaît le plus c'est de viser le classement général, ça correspond à mes qualités de régularité et d'endurance
Pensez-vous avoir une marge de progression ?
G.M. : "Je pense pouvoir faire mieux. Je suis à 28 ans, un âge où l'on peut faire mieux, où l'on n'essaye pas simplement de maintenir son niveau le plus longtemps possible. Je peux faire mieux physiquement, tactiquement, essayer d'avoir moins de malchance comme pour ma chute au début de la dernière semaine de la Vuelta. Je ne m'interdis pas de viser un classement général sur les deux grands tours. J'ai réussi à faire deux top 10 sur deux grands tours l'an dernier. Je vais prendre les choses dans l'ordre, d'abord me focaliser sur le Giro. On verra aussi les conditions météo, c'est un élément important qui peut influer sur l'état de fatigue. L'an dernier, je me suis rendu compte durant le Tour que ce qui me plaît le plus c'est de viser le classement général, ça correspond à mes qualités de régularité et d'endurance. Pour moi, c'est l'essence d'une course par étapes."
Aurez-vous des objectifs avant mai et le Giro ?
G.M. : "Oui. Je devais reprendre au Tour du Haut-Var, je vais avancer ma reprise au GP La Marseillaise (30 janvier), ça va plutôt bien à l'entraînement et je sens que début février ça va m'énerver de voir les courses à la TV, ne pas pouvoir participer, j'aurai un os à ronger. L'idée serait d'enchaîner en mars Tirreno-Adriatico et le Tour de Catalogne puis repartir en stage assez longtemps sans doute sur l'Etna, faire Liège-Bastogne-Liège. J'aurai peu de jours de course avant le Giro mais ce seront à chaque fois des courses importantes sur lesquelles j'arriverai avec des ambitions."
Tour de France
Après Copenhague, le Pays basque : Bilbao accueillera le départ du Tour 2023
IL Y A 8 HEURES
Cyclisme
McNulty s'offre la première étape du Challenge Majorque
IL Y A 9 HEURES