Eurosport

"L'équipe ne collabore avec aucun médecin" : Astana réagit après les accusations contre Fuglsang

"L'équipe ne collabore avec aucun médecin" : Astana réagit après les accusations contre Fuglsang

Le 03/02/2020 à 18:31Mis à jour Le 03/02/2020 à 18:32

Quelques heures seulement après que le quotidien danois Politiken ait révélé des liens supposés entre Jakob Fuglsang et le médecin italien Michele Ferrari, suspendu à vie pour avoir aidé Lance Armstrong à se doper, Astana, l'équipe du coureur scandinave, a réagi par le biais d'un communiqué publié sur son site officiel.

L'équipe kazakhe Astana a préféré s'exprimer avant de voir la polémique enfler. Car depuis dimanche, Jakob Fuglsang, ainsi que son coéquipier Alexey Lutsenko, est dans la tourmente pour avoir rencontré Michele Ferrari sur la Côte d'Azur. Ce sont des médias danois qui ont révélé l'affaire. Le médecin italien est suspendu à vie par l'Agence américaine antidopage pour avoir aidé l'Américain Lance Armstrong à se doper. "Astana Pro Team a pris note des articles parus dans les médias", a expliqué Astana dans un premier temps sur son site officiel.

"Les coureurs ne sont pas autorisés à consulter un médecin extérieur "

"L'équipe demande à tous ses coureurs qu'ils obtempèrent à tout moment à toutes les obligations prévues par la réglementation antidopage, y compris l'interdiction d'être associé à des personnes ou des médecins interdits. Astana ne collabore avec aucun médecin suspect comme le docteur Michele Ferrari. Les coureurs ne sont pas autorisés à consulter un médecin extérieur à l'équipe pour effectuer une quelconque activité, ni se faire prescrire un régime ou un traitement lié à leur performance", a ajouté Astana.

L'équipe kazakhe a rappelé qu'elle était prête à collaborer avec les instances dirigeantes. "L'équipe est en contact avec l'UCI et la CADF (ndlr : la fondation antipdopage) pour en savoir plus... Cependant, à l'heure actuelle, aucune procédure n'a été engagée contre un coureur affilié à l'équipe. Astana est convaincue que si la CADF avait des preuves d'actes répréhensibles, une procédure disciplinaire aurait été immédiatement engagée conformément aux règlements antidopage."

Ces révélations tombent mal pour Jakob Fuglsang, qui a de grandes ambitions pour 2020. L'an passé, le Scandinave avait notamment triomphé lors de Liège-Bastogne-Liège, du Critérium du Dauphiné et du Tour d'Andalousie.

"Canular médiatique"

Sur son site, Ferrari a évoqué lundi après-midi "un canular médiatique". "Je n'ai plus de relations avec les athlètes de l'équipe Astana depuis dix ans", a déclaré l'Italien, qui a réfuté les points soulevés par Politiken : "Je ne suis pas allé à Monaco/Nice depuis au moins douze ans, je n'ai jamais été sur un scooter/moto de toute ma vie, je ne suis pas allé au Tour de Catalogne 2019", etc.

L'explication ? "Le rapport est basé sur de faux témoignages de parties probablement intéressées".

(Avec AFP)

Michele Ferrari en 2004

Michele Ferrari en 2004Getty Images