L'Union cycliste internationale (UCI) tape du poing sur la table. L'instance a annoncé mercredi "imposer des sanctions plus sévères" en cas d'écart au protocole sanitaire. "Si un organisateur de manifestation ne met pas en oeuvre les mesures requises par le protocole, l'UCI pourra prendre une série de mesures allant de la mise en demeure d'appliquer les mesures (...) au retrait du calendrier international route de l'UCI de l'événement ou tout autre événement de l'organisateur", brandit l'instance régentant le cyclisme mondial dans un communiqué accompagnant la mise à jour publié mercredi de son protocole.
Sa précédente version ne prévoyait que des amendes de 1.000 à 10.000 francs suisses (930 à 9.300 euros) en cas de manquements. Ce protocole "renforcé" est le "fruit de nombreux échanges entre l'UCI et les familles du cyclisme sur route, notamment les équipes", explique l'institution basée à Aigle, en Suisse. Selon celui-ci, les organisateurs sont tenus entre autre de "limiter le nombre de spectateurs dans la zones d'arrivée", de "maintenir une distance de sécurité entre le public et les coureurs" ou encore de "séparer les marches du podium de 1,5 mètre".
Tour de France
Même ossature et un objectif clair : Cofidis fixe son cap avant le Tour
IL Y A 3 HEURES
Tour de France
Le profil de la 14e étape : Un toboggan jusqu'à Quillan qui va faire mal aux jambes
IL Y A 3 HEURES
Tour de France
Le profil de la 13e étape : Carcassonne et la "malédiction" du sprint
IL Y A 3 HEURES