AFP

Le réveil de Cavendish ?

Le réveil de Cavendish ?
Par Eurosport

Le 18/03/2010 à 14:04Mis à jour

Vainqueur sortant, Mark Cavendish va tenter de réaliser le doublé sur Milan-Sanremo, samedi. Sur la Primavera, le Britannique tentera d'obtenir son premier succès en 2010. Après un début d'année difficile, le sprinteur de l'équipe Columbia veut lancer sa saison pour de bon.

Mark Cavendish est un homme, finalement. Avec ses forces mais également ses faiblesses. Son début de saison l'a vérifié. Après un retour dans les pelotons à la Ruta del Sol, fin février, la fusée de l'Ile de Man, lauréat de 23 bouquets en 2009, est toujours à la recherche d'un premier succès en 2010. Interviendra-t-il samedi sur Milan-Sanremo ? Tous les indicateurs ne sont pas au vert pour le certifier.

    L'an dernier, Cavendish s'était aligné sur la Primavera fort de cinq victoires : une étape de Tirreno-Adriatico, deux du Tour de Californie et du Tour du Qatar. En pleine forme, le Britannique avait décroché, pour son coup d'essai, la plus belle victoire de sa carrière : "C'est le plus beau jour de ma vie ! Je ne m'attendais pas à gagner, je ne pouvais pas rêver mieux". Alors qu'on lui promettait l'enfer, notamment dans les Capi, dans la Cipressa et dans le mythique Poggio, sans évoquer la distance si spécifique à cette course (298 km), le sprinteur de Sa Majesté avait surmonté toutes les difficultés du jour. Derrière Heinrich Haussler à 10 mètres de la ligne, Cavendish s'était arraché pour devancer d'un boyau finalement l'Allemand de Cervelo.

    Préféré à Greipel

    Douze mois plus tard, la donne n'est pas exactement la même. Annoncé en léger surpoids, victime d'une infection dentaire en janvier qui l'a privé de stage avec l'équipe américaine, la terreur des sprints se présente sur Milan-Sanremo sans réelle certitude. Avec aucune victoire au compteur également, la dernière datant du mois de septembre, sur le Tour du Missouri. Et avec quelques bobos. Lors de la septième et ultime étape de Tirreno-Adriatico, à huit kilomètres de l'arrivée, Cavendish a chuté. Sans réelle gravité heureusement. Un gadin qui n'a pas remis en cause sa participation mais qui n'a pas dû renforcer sa confiance : "Il a des contusions. Il s'est fait mal, comme on pouvait s'y attendre après avoir chuté à 60km/h. Mais il n'est pas en chocolat. Je suis sûr qu'il ira bien", a rassuré Brian Holm, l'un de ses directeurs sportifs.

    Un temps évoqué, notamment par Alain Greiper, son forfait n'aura jamais été réellement dans les tuyaux. Brian Holm compte bien sur son coureur pour signer le doublé : "Ses chances de victoire sont plus au moins identiques à la saison dernière. Il a surpris tout le monde en 2009. Nous savons que ça va être difficile, mais nous allons tenter le coup. Je crois qu'il peut le faire à nouveau. Lui aussi l'estime, sinon il ne prendrait pas le départ". Ce jeudi, la formation HTC-Columbia a confirmé la présence de son coureur, qui pourra bénéficier du travail de ses poissons-pilotes Bernhard Eisel et Matthew Goss. Avec six victoires cette saison, sur les dix de l'équipe, Andre Greipel aurait pu être logiquement appelé. Mais c'est bien le Britannique, devancé par le Néerlandais Theo Bos sur la Clasica Almeria il y a trois semaines, qui a été préféré à l'Allemand. Un signe de la confiance accordée au tenant du titre.

    AFP

    0
    0