Milan - Sanremo : Victoire surprise d'Alexander Kristoff (Katusha) devant Fabian Cancellara

Kristoff se paie la Primavera et les favoris

Le 23/03/2014 à 17:06Mis à jour Le 23/03/2014 à 23:18

Alexander Kristoff (Katusha) a surpris les favoris sur Milan-Sanremo. Le Norvégien a réglé le sprint final en devançant Fabian Cancellara, encore placé.

Les années se suivent et se ressemblent sur Milan - San Remo. Perturbée et raccourcie à cause de la neige en 2013, l'édition 2014 n'a cette fois pas connu des péripéties météorologiques poussées jusqu'à l'extrême, mais a tout de même vu un emballage massif décider de son sort. Une 105e édition marquée par une pluie persistante, de la grêle durant l'ascension du Passo Del Turchino, et un peu d'attentisme chez les favoris. Certainement un clin d'oeil à sa devancière.

Au terme dès 294 kilomètres de course, c'est donc Alexander Kristoff (Katusha) qui a eu le dernier mot à San Remo. Le sprinter de la formation Katusha, plutôt annoncé comme un outsider, a tiré son épingle du jeu dans un sprint seulement disputé par cinq coureurs. Le Norvégien a notamment mis à sa botte Mark Cavendish, 5e, contraint de se relever en guise de renoncement à quelques mètres de la ligne. Kristoff a devancé Fabian Cancellara (Trek) et Ben Swift (Sky). Succédant au palmarès à Gerald Ciolek, il signe en Italie sa première victoire dans une classique. En carrière, c'est tout simplement la plus belle victoire du médaillé de bronze de la course en ligne des Jeux Olympiques de Londres.

Sagan encore bredouille, comme les Français

Ce Milan San-Remo a vécu, comme à l'accoutumée, une dernière partie de parcours assez mouvementée. Cadenassée par les formations Cannondale et Trek, au diapason pour Peter Sagan et Fabian Cancellera, qui chassaient les quatre derniers rescapés de l'échappée du jour, la course peut dire merci à Vincenzo Nibali, attaquant au grand coeur pendant l'ascension de La Cipressa, à 30 kilomètres du terme. Encore en rodage, le Requin de Messine, parti seul à l'aventure pendant 20 kilomètres dans les rues trempées menant à San Remo, a manqué de jus dans l'ascension du Poggio où une maigre avance de 11", réduite à néant par les coéquipiers de Cancellara, a condamné ses chances de succès.

Partis en contre dans le final de cette dernière ascension, Greg Van Avermaet (BMC) et Lars Petter Norhdaug (Belkin) n'ont eux pas eu plus de succès que l'Italien, la descente du Poggio les condamnant à la nuit. Jamais en évidence lors de l'épreuve, les Français n'ont évidemment pas fait illusion pour la victoire. Le premier d'entre eux, Yoann Offredo (FDJ.fr), a terminé à la 16e place. Plus attendu, Arnaud Démare, n'a lui pas résisté à l'ascension de la Cipressa. Frigorifié, Bryan Coquard (Europcar) a été contraint à l'abandon.

Avant l'explication finale, le coup de la journée, un groupe de sept hommes composé de Nicola Boem (Bardiani), Marc De Maar (UnitedHealthCare), Antonio Casimir Parrinello (Androni), Matteo Bono (Lampre), Nathan Haas (Garmin), Maarten Tjallingii (Belkin) et Jan Barta (NetApp) a fait le travail en tête pendant les trois-quarts de la course avant de se disloquer à l'approche des Capi. Ces sept fuyards, contrôlés par le travail des formations Cannondale et Lotto, n'ont jamais eu une marge de manœuvre nécessaire pour espérer mieux. Pas plus que Peter Sagan, 10e de l'épreuve, en retrait lors de l’explication finale. Le Slovaque devra attendre le mois d'avril et l'arrivée des classiques flandriennes (Tour des Flandres et Paris-Roubaix) pour espérer décrocher sa première victoire dans une classique "Monuments". Pour la "Primavera", c'est encore raté. Rendez-vous en 2015.

Voir le tweet de LucaPapini

0
0