Camembert, c'est un peu chez lui. Si l'arrivée de la semi-classique est disputée à Vimoutiers, non loin du village dont le fromage tire son nom, Anthony Geslin connaît pourtant bien la région. Pour cause, il est originaire d'Alençon à 70 km. Alors s'imposer sur cette course, c'est un peu un rêve de gosse pour le coureur Bouygues Telecom. "Ca fait vraiment plaisir de gagner sur ses terres. Je voulais vraiment faire quelque chose de bien ici. Surtout que je venais voir cette course quand j'étais petit. Je loupais l'école le mardi pour y assister&hellip" , se rappelle-t-il.

L'équipe avant tout

Paris-Camembert
Geslin prend sa part
18/04/2006 À 14:10

Cette première victoire confirme la montée en puissance du Normand sur la saison. Premier Français sur Milan San Remo (29e) puis sur le Tour des Flandres (18e), Anthony Geslin s'est octroyé une petite pause après l'Enfer du Nord. "J'ai coupé trois jours après Paris-Roubaix. Ca m'a fait du bien", avoue-t-il. Sur les routes de France, le coureur de la formation vendéenne a aussi brillé en ce début d'année avec des podiums sur le GP d'Ouverture La Marseillaise (3e) et sur la Route Adelie (3e). "Mais j'ai parfois un peu manqué de réussite", concède-t-il.

La Coupe de France n'est pas pour autant un objectif pour Anthony Geslin qui remonte grâce à ce succès à la troisième place au classement. En tout cas, "pas pour le moment. Je prends les courses les unes après les autres. C'est un peu piégeux de jouer le général. L'important c'est que Bouygues Telecom finisse en tête. On a vraiment envie de terminer premiers au classement par équipes" . Pari gagné provisoirement puisque son succès place pour l'instant la formation de Jean-René Bernaudeau en haut de tableau.

"Je ne me mets pas la pression"

Anthony Geslin s'est révélé au grand jour sur les routes de Madrid lorsqu'il est monté sur le podium des championnats du monde après un sprint de feu, aux côtés de Tom Boonen et d'Alejandro Valverde. A 25 ans, le Normand fait son trou et s'affirme comme une valeur sûre du cyclisme français. S'il se sent attendu depuis cette médaille de bronze, il ne se prend pas la tête pour autant. "Je ne me mets pas la pression, explique-t-il. Je m'entraîne de la même façon. J'ai un peu plus confiance en moi, j'ai plus de crédit aussi. Et je suis un peu plus surveillé, oui&hellip"

Le printemps pourrait être encore plus radieux pour celui que son manager décrit comme un coureur des courses d'un jour, notamment dans le Nord. Après un nouveau crochet Coupe de France par Villers-Cotterêts, Anthony Geslin disputera les Quatre Jours de Dunkerque, puis un peu plus tard le Dauphiné avant le Championnat de France. Et enfin, les grands Tours. Trois fois sixième sur la Grande Boucle en 2005, il ne se projette pas si loin."Le Tour de France, on verra plus tard. On en parlera au moment opportun". Anthony a décidement la tête bien vissée sur les épaules...

Kuurne - Bruxelles - Kuurne
Van der Poel a fait le show, Pedersen a gagné en costaud : le résumé de la course
IL Y A 3 HEURES
Kuurne - Bruxelles - Kuurne
Mads Pedersen, une jambe au-dessus de tout le monde
IL Y A 6 HEURES