L'ouest puis le sud

L'ouest puis le sud
Par Eurosport

Le 21/01/2010 à 16:34Mis à jour

Pour sa 68e édition, qui se tiendra du 7 au 14 mars prochain, Paris-Nice fait le choix de passer par l'ouest du Massif Central selon le parcours qui a été dévoilé jeudi. Pour le reste, le tracé se veut classique et susceptible de ménager le suspense presque jusqu'au bout.

Paris-Nice reste Paris-Nice. Le parcours, de cette édition 2010, dévoilé jeudi à Versailles devant la presse, se situe bien dans la tradition de la Course au Soleil, avec son savant dosage traditionnel de difficultés. Ni trop, ni trop peu. Juste ce qu'il faut pour opérer une sélection, mais pas pour tuer la course. Celle-ci devrait donc à nouveau se jouer "à coup de secondes", selon la formule de Christian Prudhomme, directeur du Tour de France qui organise l'épreuve.

Contador , F.Schleck et les autres

Les choses vraiment sérieuses pour le classement général devraient néanmoins débuter à partir du mercredi et l'arrivée sur els hauteurs de Mende. Une étape particulièrement attendue puisqu'elle constituera une répétition avant le Tour de France, qui empruntera également la montée finale, connue sous le nom de montée "Laurent Jalabert", en référence à la victoire du Mazamétain en Lozère un certain 14 juillet 1995 resté fameux depuis. L'ascension est brève (à peine plus de trois kilomètres), mais elle est suffisamment sèche (passages à plus de 10%) pour provoquer une belle bagarre entre les favoris.

Les trois dernières journées, dans l'arrière-pays ou le littoral méditerranéen, alternent les difficultés. L'étape-clé promettant d'avoir lieu le samedi sur 220 kilomètres avec l'ascension du col de Vence puis la longue descente et la courte remontée vers Tourrettes-sur-Loup. En 2009, c'est ce jour là que la course avait basculé, Alberto Contador connaissant une grosse défaillance, ce qui avait ouvert la voie à une prise de pouvoir, définitive, de son compatriote, Luis Leon Sanchez. Enfin, le dimanche, le tracé propose en guise de bouquet final un programme bien connu avec l'arrivée à Nice via le col de Porte, la Turbie et le col d'Eze.

Si le parcours est donc désormais connu, le plateau reste à déterminer. Mais, d'ores et déjà, il est acquis qu'en plus d'Alberto Contador, vainqueur en 2007, le Belge Philippe Gilbert, le champion olympique espagnol Samuel Sanchez, le Luxembourgeois Frank Schleck (2e en 2009), ou les sprinters allemands Andre Greipel et Heinrich Haussler seront de la partie. A défaut du vainqueur sortant, l'Espagnol Luis Leon Sanchez, les Français en vue sont également annoncés, de Sylvain Chavanel (vainqueur d'étape l'an passé et 3e du classement final) à Sandy Casar en passant par Christophe Le Mével et l'espoir Romain Sicard. Contador fait en tout cas d'ores et déjà office de grand favori pour ce qui constituera le premier grand objectif de sa saison, surtout après son échec de l'an passé (il avait pris la 4e place après une grosse défaillance la veille de l'arrivée). "Avec un contre-la-montre -le premier jour- et une arrivée au sommet, c'est un beau parcours pour lui", a estimé son ancien directeur sportif chez Astana, Alain Gallopin, qui a intégré cette saison le staff de Radio Shack.

A SAVOIR

. Pour la première fois dans l'histoire de Paris-Nice, le départ sera donné depuis les Yvelines, précisément de Monfort-l'Amaury. Le département 78 accueillera à nouveau le coup d'envoi de l'épreuve ces quatre prochaines années (le contrat va de 2010 à 2013), sans doute avec un départ à Houdan en 2011.

. Le prologue ne sera pas un tracé rectiligne pour purs rouleurs puisque sur les 8 kilomètres du parcours, il faudra escalader une côte de 3e catégorie, dans la commune de Monfort.

. Sandy Casar sera le régional de ce début de Paris-Nice. Il est en effet le seul professionnel yvelinois du peloton et sera bien au départ de cette 68e édition.

. Le départ de la première étape sera donné de Saint-Arnoult-en-Yvelines, qui fut pendant 16 années le point de départ de la classique Paris-Tours. Les organisateurs ont d'ailleurs choisi d'innover cette année, puisque pas moins de huit villes étapes sont inédites.

. Une seule arrivée au sommet sur l'ensemble du tracé 2010, à Mende. C'est là qu'Alberto Contador s'était imposé en 2007, lors du dernier passage de la Course au Soleil à cet endroit. L'Espagnol avait ensuite remporté l'épreuve. Peut-être un bon présage pour lui...

. La 4e étape, avec l'arrivée à Aurillac, empruntera partiellement le parcours accidenté et exigeant du Championnat de France 2007, qui avait vu la victoire du Belfortain Christophe Moreau.

. Le col de Vence, qui sera emprunté lors de l'étape reine (l'avant-dernière, le samedi), n'avait plus figuré au menu de Paris-Nice depuis 2002. A la fin des années 90, il était escaladé presque tous les ans, mais se situait alors en début d'étape, et ne constituait donc pas un "juge de paix". Cette fois, il provoquera une sélection toute différente.

LES ETAPES

7 mars: prologue à Montfort-l'Amaury (Yvelines), 8 km
8 mars: 1re étape Saint-Arnoult-en-Yvelines (Yvelines) - Contres (Loir-et-Cher), 201,5 km
9 mars: 2e étape Contres - Limoges, 203,5 km
10 mars: 3e étape Saint-Junien (Haute-Vienne) - Aurillac, 208 km
11 mars: 4e étape Maurs-la-Jolie (Cantal) - Mende, 172 km
12 mars: 5e étape Pernes-les-Fontaines (Vaucluse) - Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), 153,5 km
13 mars: 6e étape Peynier (Bouches-du-Rhône) - Tourrettes-sur-Loup (Alpes-Maritimes), 220 km
14 mars: 7e étape Nice - Nice, 119 km

0
0