AFP

Sagan, encore lui !

Sagan, encore lui !
Par Eurosport

Le 12/03/2010 à 13:29Mis à jour

Peter Sagan (Liquigas) est bien un phénomène. Le jeune Slovaque a signé sa 2e victoire sur ce Paris-Nice 2010 en s'imposant à Aix-en-Provence vendredi lors de la 5e étape. Alberto Contador (Astana) conserve le maillot jaune de leader, avec 20 secondes d'avance sur Alejandro Valverde.

Si vous ne connaissiez pas Peter Sagan il y a encore une semaine, à l'instar de Christian Prudhomme ou d'une bonne partie du peloton, il n'est désormais plus possible de passer à côté de ce jeune homme. C'est un véritable phénomène qui déboule cette semaine dans le cyclisme mondial. Certes, on l'avait déjà vu briller en VTT et en cyclo-cross, et il s'était montré à son affaire sur route également, lors du Tour Down Under au mois de janvier. Mais ce qu'il est en train d'accomplir sur la Course au Soleil est phénoménal.

    Sagan a décroché vendredi sa deuxième victoire d'étape de la semaine, 48 heures après celle acquise à Aurillac. Si William Bonnet ne l'avait pas sauté sur la ligne mardi à Limoges, il aurait trois succès dans sa musette. En six jours de course. A n'en pas douter, l'équipe Liquigas a décroché le gros lot en recrutant le prodige de Zilina à l'intersaison. Mais si la formation italienne pensait bien avoir enrôlé un futur grand, elle n'imaginait sans doute pas en tirer si vite un si grand bénéfice. A Aix-en-Provence, Sagan a une fois encore fait étalage de sa classe, mais aussi d'une réelle science de la course. Ce gamin n'agit pas comme un débutant de 20 ans...

    Valverde grignote

    Lorsque Christophe Le Mével est sorti du peloton à deux kilomètres de l'arrivée, sur un long faux plat montant, Sagan n'a pas hésité une seconde à prendre la roue du Français. Il a eu raison. Mais ça ne lui suffisait pas. Le Slovaque s'est senti tellement fort qu'il a presque aussitôt contré le leader de la Française des Jeux. Avec sa tête et ses jambes, Sagan a ensuite contrôlé le retour du groupe des favoris pour préserver deux petites secondes d'avance sur la ligne. Du grand art. Quoi qu'il arrive d'ici dimanche à Nice, Peter Sagan restera comme un des grands hommes de cette édition 2010 de Paris-Nice. Avec les 10 secondes de bonification empochées, il consolide sa huitième place au général, pour ne rien gâcher.

    La victoire de Sagan est venue parachever une journée très animée et menée à un rythme d'enfer. L'étape a donné lieu à plusieurs échappés (Champion, Fédrigo). Mais aucune, pas même celle d'un quatuor (Calzati, Barredo, Gustov, Taaramae) en tête jusqu'à 22 kilomètres de l'arrivée, n'a pu aller jusqu'au bout. Puis, dans le final, le remarquable forcing de l'équipe AG2R a provoqué des cassures dans le peloton qui s'est morcelé dans les 20 derniers kilomètres. Au pire moment pour Thomas Voeckler, qui venait juste de crever lorsque les hommes de Vincent Lavenu ont enclenché le mouvement. Le coureur de Bbox y a perdu sa 11e place au général et le bénéfice de son excellente étape à Mende la veille. En revanche, aucun membre du Top 10 ne s'est fait piéger, à l'image d'un Alberto Contador vigilant.

    Le maillot jaune a simplement perdu quatre secondes dans le sprint final, eu égard à la bonification raflée par Alejandro Valverde, troisième de l'étape derrière Sagan et Mirco Lorenzetto (Lampre). Le Murcien a empoché quatre secondes pour revenir à 20 secondes de Contador avant les deux dernières étapes. On voit mal la victoire finale échapper à une des deux stars espagnoles dimanche.

    0
    0