Paris-Roubaix: Fédéric Guesdon à côté de ses pavés

Guesdon à côté de ses pavés
Par Eurosport

Le 05/04/2013 à 20:49

Après avoir raccroché le vélo sur son dernier Paris-Roubaix, en 2012, Guesdon s'est reconverti en directeur sportif. Dimanche, il sera sur le bord de la route.

Dimanche, Frédéric Guesdon a rendez-vous sur trois secteurs pavés. Pas la fameuse Trouée d'Arenberg, où l'ex-coureur avait l'habitude de remonter dans les premières positions en vue de la grande bagarre sur Paris-Roubaix, mais les secteurs numéros 22, 12 et 5, à 125, 60 et 20 kilomètres de l'arrivée. Depuis qu'il a raccroché son vélo, après une dernière participation sur l'Enfer du Nord en 2012, Guesdon a changé ses habitudes. Le dernier Français à avoir levé les bras sur le Vélodrome de Roubaix (1997) n'emmène plus l'équipe FDJ en capitaine de route. Il l'accompagne sur le bord des pavés, en membre de l'encadrement.

L'idée tournait depuis un petit moment, c'est Marc Madiot, manager de la FDJ, qui l'a confirmée en début de saison : "Frédéric et Christophe (Mengin) nous ont été fidèles pendant leur carrière, à notre tour de faire preuve de fidélité." D'où une intégration progressive à l'équipe des directeurs sportifs pour les deux anciens grognards. Frustré par l'annulation de Kuurne-Bruxelles-Kuurne en février, Guesdon a fait ses débuts dans la voiture sur Tirreno-Adriatico. L'occasion de prendre ses marques, "découvrir un nouveau métier" et accompagner l'échappée d'Anthony Roux sur la quatrième étape.

Roubaix avant le Giro

"Il y a beaucoup de choses à apprendre, même si j'ai été coureur pro pendant 18 ans, confie Guesdon. Je découvre comment on gère une équipe et puis il faut se battre dans la file des voitures !" Le Breton tire de ses premières expériences un "bilan positif", souligné par les bons résultats de l'équipe sur les Trois Jours de la Panne. Directeur sportif numéro 1 sur l'épreuve flandrienne, Guesdon y a décroché trois tops 5 d'étape (Démare deux fois, Le Bon sur le chrono) et une belle quatrième place pour Le Bon au général. "C'est toujours mieux de commencer avec des résultats", s'amuse-t-il avant de s'incliner devant "l'immense expérience" des Madiot, Bricaut, Gayant…

Sur Roubaix, le privilège du grade commandera. Comme sur Gand-Wevelgem et le Tour des Flandres, les deux autres principales classiques pavées, Frédéric Guesdon vient pour "couper" (se placer en différents points du parcours hors zones de ravitaillement pour aider les coureurs). Frustrant, mais l'ex-champion se rattrape en échangeant avec les coureurs avant la course. "On ne peut pas gagner sans les conseils des anciens, assène-t-il. Je suis prêt à apporter tout ce que j'ai." Ses conseils, Guesdon espère qu'ils mèneront Yoann Offredo et Matthieu Ladagnous au plus haut. Puis il prendra la direction du Tour de Bretagne (25 avril-1er mai) pour mener une équipe de jeunes, avant de retrouver la FDJ sur le Tour d'Italie.

0
0