Imago

Pellizotti prend deux ans

Pellizotti prend deux ans
Par Eurosport

Le 08/03/2011 à 18:17Mis à jour Le 08/03/2011 à 18:19

L'Italien Franco Pellizotti a été suspendu deux ans pour dopage par le Tribunal international du sport, tout comme son compatriote Pietro Caucchioli. L'UCI peut se montrer satisfaite. C'est la victoire du passeport biologique.

Franco Pellizotti, qui est suspendu jusqu'en mai 2012, a vu tous ses résultats obtenus depuis le 7 mai 2009 annulés, notamment sa troisième place au classement final du Giro 2009 et son titre de meilleur grimpeur du Tour de France la même année. Le coureur italien, qui portait les couleurs de l'équipe Liquigas, devra en outre payer une amende de 115.000 euros.

Caucchioli, l'un des premiers coureurs suspendus, en juin 2009, à cause des paramètres de son passeport biologique, a eu pour sa part sa suspension de deux ans confirmée par le TAS. "L'UCI est satisfaite que la qualité de son travail et de son programme soit reconnue par le TAS", a déclaré à l'AFP la fédération internationale. "La décision concernant Caucchioli était très importante dans le sens où ce cas était le premier lié au passeport biologique examiné par le TAS. La reconnaissance par le TAS revêt donc une grande signification pour l'avenir du passeport biologique, du cyclisme et de l'ensemble du sport", a ajouté l'UCI.

Pellizotti perd tout

Pellizotti, qui est âgé de 33 ans, a été stoppé au début mai 2010, avant le départ du Giro, en raisons d'anomalies sur son passeport biologique. En octobre, le tribunal national arbitral italien l'avait absous, et Pellizotti avait annoncé sa volonté de demander des dommages-intérêts contre l'UCI, qui l'avait suspendu à titre provisoire. Dans le Giro 2009, l'édition du "Centenaire", Pellizotti avait terminé troisième à l'arrivée à Rome derrière le Russe Denis Menchov et l'Italien Danilo Di Luca, lequel a été convaincu de dopage (EPO Cera) par la suite.

Le coureur du Frioul avait remporté une étape de prestige, la 17e, au sommet du Blockhaus de la Maiella, devant son compatriote Stefano Garzelli. Il était censé également récupérer sur le tapis vert la 10e étape (Pinerolo) après le déclassement de Di Luca, vainqueur devant Pellizotti et Menchov. Pendant l'été 2009, Pellizotti avait ensuite enlevé le classement de la montagne du Tour de France 2009 (devant l'Espagnol Egoi Martinez) et décroché la palme du coureur super-combatif.

0
0