AFP

TOUR D'ANDALOUSIE - Froome en difficulté, c'est Poels qui en a profité

Froome en difficulté, c'est Poels qui en a profité

Le 15/02/2018 à 16:44Mis à jour Le 16/02/2018 à 16:08

TOUR D'ANDALOUSIE - Profitant d'un Christopher Froome en difficulté dans la montée finale, Wout Poels (Sky) a joué sa carte avec succès sur la 2e étape. Vainqueur de l'étape-reine devant Luis Leon Sanchez (Astana) et Tim Wellens (Lotto-Soudal), le Néerlandais s'empare du maillot de leader.

Eurosport Player :

Voir sur Eurosport

Un Sky peut en cacher un autre. SI Christopher Froome attirait l'attention pour sa course de reprise, c'est bien son coéquipier Wout Poels qui s'est illustré ce jeudi en remportant la 2e étape du Tour d'Andalousie, l'étape-reine de cette 64e édition. Dans un final marquée par l'ascension de l'Alto de Allanadas, le Néerlandais de la Sky a porté une violente accélération à 300m de la ligne pour se détacher d'un groupe composé notamment de deux Sky, deux Movistar et deux Astana. Le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2016 en profite pour s'emparer du mailllot de leader avec 2'' d'avance sur son dauphin Luis Leon Sanchez (Astana).

On attendait d'avoir des nouvelles de la condition réelle de Chris Froome, confronté pour la première fois de la saison à un final difficile. Et le Britannique a de suite montré qu'il n'était pas dans un grand-chose. Une fois l'échappée matinale, notamment composés de Goiugeard (AG2R La Mondiale) et Diego Rubio (Burgos) derniers repris, les choses sérieuses ont commencé à 3km de l'arrivée avec le pied de l'ascension finale de l'Alto de Allanadas (3km à 10%). Les Astana et les Movistar ont été les premiers à mettre en route, respectivement pour Jakob Fuglsang et Mikel Landa. Les deux hommes sont d'ailleurs passés à l'attaque à 2,5km de l'arrivée mais n'ont pas su creuser l'écart. Au contraire de Tim Wellens (Lotto-Soudal), parti en contre.

Sanchez et Poels se joueront la victoire finale

L'accélération du belge a provoqué immédiatement une grosse sélection dans le groupe des favoris et la première surprise a été de voir Christopher Froome distancé, alors qu'il restait une bonne quinzaine de coureurs autour des favoris.Le Britannique n'a sans doute pas voulu se mettre dans le rouge mais la présence aux côtés de Landa et Poels d'un Antunes (9e) ou d'un Bizkarra (8e) témoignait malgré tout du tempo pas si élevé imposé par les Astana en poursuite. Le quadruple vainqueur du tour de France est finalement revenu dans le dernier kilomètre, sans parvenir à s'accrocher aux tous meilleurs lorsqu'ils se sont joués l'étape. Et, à ce jeu-là, Wout Poels s'est montré le plus fort.

Une unique accélération, franche, violente et franchement impressionnante, à 300m de l'arrivée, aura suffi au Néerlandais de débloquer son compteur 2018. Le voilà également avec le maillot de leader, à trois jours de l'arrivée. De quoi voir venir ? Pas vraiment. Si sa marge sur Froome devrait être suffisante pour ne pas risquer de voir son leader britannique lui voler la victoire à l'issue du chrono de dimanche, Poels va devoir se médier du duo d'Astana. Et notamment de Luis Leon Sanchez. Entre l'arrivée "punchy" de samedi à Alcala de los Gazules et le contre-la-montre de 18km du lendemain, la marge du néerlandais (2'' sur l'Espagnol) est incroyablement faible. D'autant qu'il faudra aussi se méfier d'un Tim Wellens bluffant (3e d'étape à 2'') voir d'un Mikel Landa (4e, + 4'').

0
0