La CSC ne terminera pas fanny sur cette Vuelta 2008. Grâce à Matti Breschel, la formation danoise a sauvé l'honneur à la toute dernière étape. Passé tout près de la victoire à Valladolid, battu par Wouter Weylandt, le sprinteur scandinave a pris sa revanche à La Castellana, dimanche pour le bouquet final madrilène. La fin de trois semaines un peu chaotiques pour la CSC, marquées par le conflit ouvert entre Carlos Sastre, leader partant, et Bjarne Riis, directeur sportif absent. Le vainqueur du Tour de France n'a cessé de déplorer le manque de qualité du groupe aligné sur la Vuelta et le peu de confiance accordée pour la réussite de son défi espagnol.
La nouvelle place sur le podium de l'enfant de Leganes ne faisait que cacher les errances de la CSC-Saxo Bank. Breschel a offert un peu d'éclairci dans une période orageuse. Arrivé en 2004 auprès de Sastre, "pour apprendre", le Danois n'a pas tardé à faire montre d'un vrai potentiel. Lors du Tour de Flandre occidentale 2006, Breschel est tout près de signer sa première victoire d'étape lorsqu'un accrochage avec Robbie McEwen dans le sprint final l'expédie à terre et à l'hôpital pour deux vertèbres touchées. Dimanche, le sprinter de la CSC n'a pas cherché à aller se frotter aux autres sprinters. D'un écart sur la gauche, il a produit son effort en solitaire avant de se rabattre dans l'axe, devançant sur la ligne Alexandre Usov (AG2R) et Davide Vigano (Quick Step). A noter les très belles 8e et 9e places d'honneur de Sébastien Hinault (Crédit Agricole) et Lloyd Mondory (AG2R).
Contador parmi les grands
Tour d'Espagne
Contador enthousiaste
17/12/2008 À 12:54
Comme prévu, Alberto Contador entre dans la légende du cyclisme. L'Espagnol, sur la ligne, était conscient de l'exploit accompli au terme des trois semaines de course. Le bras levé, trois doigts en l'air pour signifier ces titres espagnol, français et italien, le Madrilène pouvait enfin laisser éclater son bonheur. Parti avec 46 secondes de marge de San Sebastian de Los Reyes, il aurait bien pu lui arriver un mauvais coup du sort dans les derniers kilomètres, marqués par plusieurs chutes et autant de cassures dans le peloton. Son coéquipier et dauphin Levi Leipheimer terminent d'ailleurs à 15 secondes du maillot or, mais tous les coureurs seront finalement classés dans le même temps. Sans les bonifications distribuées à l'arrivée et aux sprints intermédiaires, les deux compères seraient classés dans le même temps après trois semaines d'épreuve. Cela aurait sans doute été une autre course. Et à Madrid, c'est bel et bien Contador qui rejoint dans l'histoire Jacques Anquetil, Felice Gimondi, Eddy Merckx et Bernard Hinault, les seuls à avoir gagner le Tour de France, le Giro et la Vuelta dans leur carrière.
Au tableau d'honneur 2008 , Astana place donc deux coureurs aux deux premières places, une première depuis 1972 et la victoire de Jose Manuel Fuente qui avait devancé son coéquipier chez Kas-Kaskol, Miguel Maria Lasa. Carlos Sastre, 3e, continue de truster le podium de la Vuelta sans parvenir à monter sur la plus haute marche. 5e en 2007, Ezequiel Mosquera (Xacobeo-Galicia) grimpe d'un rang, juste devant le grand perdant de l'édition Alejandro Valverde (5e). Impliqué dans la chute finale, Joaquin Rodriguez, 6e du général, a franchi la ligne plusieurs minutes après le peloton avec de nombreuses blessures sur le corps. De quoi remettre sérieusement en question sa participation aux Mondiaux de Varèse. Mais il conserve malgré tout son rang.
Critiqué par ses dirigeants en juillet, David Moncoutié a pris une belle revanche en Espagne. Le coureur de Cofidis termine 8e du général, le meilleur résultat pour un Français depuis Laurent Jalabert, 5e en 1998. John Gadret (18e), Sandy Casar (19e), Yannick Talabardon (31e) et Hubert Dupont (32e) accompagnent le Lotois, également vainqueur du classement de la montagne, dans le Top 40.
Tour d'Espagne
Un parcours pour grimpeur
17/12/2008 À 12:51
Tour d'Espagne
Cordero passe la main
20/10/2008 À 14:36