AFP

Anton, quel moteur !

Anton, quel moteur !
Par Eurosport

Le 31/08/2010 à 12:16Mis à jour Le 31/08/2010 à 19:25

L'Espagnol Igor Anton (Euskaltel) s'est imposé lors de la 4e étape devant Vincenzo Nibali (Liquigas) et Peter Velits (HTC-Columbia) en plaçant une accélération imparable dans l'ascension finale. Au général, Philippe Gilbert (Omega-Pharma) reste leader. Carlos Sastre (Cervelo) a perdu 1'30.

Après 183km quelque peu soporifiques, la 4e étape de la Vuelta a offert 800 mètres assez intenses. Ces 800m, ce sont ceux qui mènent à Jaen, arrivée au sommet. Une pente pour le moins atypique avec des passages à 25%, véritable mur où plusieurs attaquants se sont cassé les dents. Patient, Igor Anton (Euskaltel) a attendu les derniers hectomètres pour placer son accélération. Fulgurante, imparable. Et même s'il a semblé au ralenti sur la toute fin, son avance était suffisante pour lui permettre de devancer Vincenzo Nibali (Liquigas) et Peter Velits (HTC-Columbia) d'une seconde ainsi que Philippe Gilbert (Omega-Pharma) de cinq, le Belge conservant son maillot rouge de leader pour dix secondes.

Cette victoire, la deuxième de sa carrière dans la Vuelta après 2006, replace Igor Anton parmi les candidats à la victoire finale. Reste au Basque, capable d'accélérations étonnantes comme celle d'aujourd'hui, à se montrer tout aussi costaud lors de pentes plus régulières et moins ardues. Il l'avait fait cette année lors du Tour de Castille-et-Leon où il avait enlevé l'étape reine au nez et à la barbe d'un certain Alberto Contador. Pour ce qui est des autres prétendants, Vincenzo Nibali (Liquigas) et Joaquin Rodriguez (Katusha) se sont montrés fringants. Ce qui est loin d'être le cas de Frank Schleck, un temps lâché dans l'Alto de Valdepenas, et surtout de Carlos Sastre (Cervelo), grand perdant, avec 1'30 de retard sur la ligne d'arrivée.

On évoquera enfin les courageux du jour, partis sous un soleil de plomb dès le kilomètre 10. Dominik Roels (Milram), Guillaume Bonnafond (Ag2r La Mondiale), Dario Cataldo (Quick Step) et Sergio Garcia (Andalucia-Cajasur) ont tenu pendant 160 kilomètres avant d'être repris. Si le Français de la formation Ag2R a été l'un des plus actif dans cette échappée, au moment de la dernière montée, c'est Jean-Christophe Péraud (Omega-Pharma) qui s'est distingué. Au contact des favoris, arrivé avec seulement 36 secondes de retard, il pointe désormais dans le Top 20 du classement général (19e), à 1'33 de Philippe Gilbert.

0
0