AFP

Chavanel rouge de plaisir

Chavanel rouge de plaisir
Par Eurosport

Le 23/08/2011 à 12:47Mis à jour Le 24/08/2011 à 10:39

Sylvain Chavanel s'est emparé du maillot rouge de leader de la Vuelta au sommet de la Sierra Nevada. Admirable d'abnégation dans les derniers kilomètres d'ascension d'une étape, le champion de France devance au classement le vainqueur de l'étape, l'Espagnol Dani Moreno (Katusha).

Très déçu d'avoir du se contenter de la deuxième place lundi à Totana, Sylvain Chavanel a pris une bien belle revanche sur les interminables pentes qui mènent à la Sierra Nevada. En embuscade au départ de cette 4e étape, le champion de France savait qu'il aurait peut-être l'occasion de déposséder Pablo Lastras, son bourreau de la veille, du maillot rouge de leader de la Vuelta. Pour cela, sa mission était simple. Il lui fallait s'accrocher comme un beau diable pour accompagner le plus longtemps possible le groupe des favoris et ne pas concéder trop de terrain à Vicenzo Nibali tout en espérant que Lastras paie sa récente débauche d'énergie lors de la montée du géant grenadien.

Même s'il n'a jamais donné l'impression d'être aérien pendant les 23 longs kilomètres d'ascension qui mènent à la célèbre station de ski, Chavanel a respecté son plan à la lettre. Bien calé dans les roues du groupe des ténors qui chassait derrière les échappés matinaux, le Poitevin a rapidement vu que Lastras ne serait pas en mesure de défendre sa tunique. Une fois son principal adversaire lâché, à près de 18 kilomètres de l'arrivée, le protégé de Patrick Lefévère n'avait plus, si l'on peut dire, qu'à absorber les accélérations successives sans se mettre dans le rouge, et conserver une partie de la minute et 39 secondes d'avance qu'il comptait ce matin sur le vainqueur sortant.

Pour Chavanel, qui a tenu à s'aligner sur cette Vuelta pour se racheter d'un Tour de France frustrant où une mauvaise chute en première semaine l'a empêché d'évoluer à son meilleur niveau, il s'agit d'une belle récompense. Là où d'autres se seraient démobilisés dans ces mêmes circonstances, le coureur de la Quick Step a entretenu sa condition pour aborder le Tour d'Espagne avec les moyens de ses ambitions. Lâché du groupe Nibali à un peu plus de deux kilomètres du terme de cette première étape de montagne en compagnie de Nicolas Roche et David Moncoutié, il a géré le final à l'expérience pour aller chercher un nouveau maillot de leader sur un grand tour, un peu plus d'un an après ces deux jours en jaune sur le Tour 2010.

Anton à la trappe

AFP

Déterminé à défendre son maillot rouge, Chavanel, qui dispose d'un matelas de 53" sur Nibali, doit pouvoir conserver les rênes de la Vuelta au moins jusqu'à samedi. Lui qui avait abordé cette course en ne s'interdisant aucune ambition peut même imaginer conserver sa tunique plus longtemps. Thomas Voeckler a montré il n'y a pas si longtemps qu'un maillot de leader transformait son homme. Chavanel rêve sans doute d'une aussi belle aventure.

0
0